Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Tweet de l'UNADFI contre l'Eglise Adventiste: ce qu'il faut comprendre

    L’Eglise adventiste du septième jour en France tire une large partie de son dynamisme de l’Outre-mer. Cependant la Réunion ne se distingue pas comme une terre particulièrement réceptive à l’Eglise adventiste. Sur les 866 000 réunionnais l’Eglise adventiste déclare 1 480 membres. Cela en fait une église extrêmement minoritaire. De plus, l’Eglise adventiste à la Réunion a été marqué par une instabilité et une exposition médiatique négative en raison d'un de ses ex pasteurs interpellé  pour viol et un autre dans une affaire de trafic de drogue. (Voir : 974)

    Cependant, une constante de l’Eglise adventiste du septième jour est un fort investissement dans les structures éducatives. De fait, j’ai souvent noté qu’une des caractéristiques de cette église est une implication majeure dans l’enseignement, l’éducation et la recherche. Il n’y a donc aucune surprise à constater que la représentation réunionnaise ouvre prochainement un établissement scolaire. En France, Outre-mer compris, on compte une dizaine d’établissements allant du primaire au supérieur. Ceux-ci se démarquent par une éducation respectant les contraintes de l’Education Nationale. L’intérêt d’ailleurs est de montrer que les structures sont une valeur ajoutée. Le public d’ailleurs n’est pas uniquement adventiste même si la majorité des élèves et étudiants le sont.

    Au-delà, la SDA a développé un système éducatif qui imbrique toutes ses structures en s’appuyant sur ses universités reconnues mondialement, dont l’essentiel est au USA. J’ai été surpris de remarquer que la SDA en France établit un équilibre entre son imbrication au système éducatif adventiste et les exigences de l’Education Nationale. Il n’est pas arrivé à ma connaissance de situations polémiques, récurrentes, où le Ministère de l’Education Nationale note des insuffisances, des manquements d’établissements adventistes. Il y a parfois des questionnements sur le rapport au sabbat. Mais aucun inspecteur a fait remonter un manque d’application des programmes dans les disciplines. On constate une pleine application des directives de la Direction Générale de l'Enseignement Scolaire (DEGESCO).

    De ce fait, que montre la prise de position de l’UNADFI contre le projet adventiste d’ouverture d’un établissement scolaire à la Réunion ?

    Indéniablement, l’UNADFI, sans donnée objective, verse dans la stigmatisation de l’Eglise adventiste à la Réunion. Pourquoi n’a ton pas entendu l’UNADFI contre les structures scolaires déjà existantes en Guadeloupe, Martinique, et dans l’Hexagone.? D’autre part, l’UNADFI semble omettre que la faible offre scolaire à la Réunion a pour conséquence un développement des structures privées et celles-ci sont d’abord, comme dans l’Hexagone, massivement confessionnelles. Finalement, l’émergence de ses structures vient combler une offre déficitaire.

    Le tweet de l’UNADFI n’est qu’une illustration de préconceptions sociales sur les groupes religieux minoritaires. Les groupes religieux minoritaires, dans la logique démocratique peuvent être critiqués et souvent fort opportunément. La recherche historique et sociologique invite à constater que les groupes religieux participent à la construction des relations sociales dans le débat. On peut surtout d’ailleurs, en sociologie souligner les tensions entre les groupes et la société globale. Cependant, peut-on émettre, sans aucun élément objectif une alerte sur un groupe religieux ? La réponse est dans la question. Certainement, le fait que l’Eglise adventiste du septième soit extrêmement minoritaire à la Réunion en fait une cible facile.

    Le tweet de l'UNADFI montre en tous les cas l'obligation d'un travail pédagogique sans concession où la recherche met en évidence les tensions occasionnées par les groupes religieux, leur rapport parfois conflictuel avec la société globale, mais aussi leur contribution au dynamisme social, y compris via l'Education. Cette vision équilibrée sera certainement critiquée et rejetée de nombres, à commencer par l'UNADFI.