Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sociologiser

  • A découvrir ou redécouvrir "En quête d'identité. Les grandes étapes des croyances adventistes" de George R. Knight

    En quête d'identité George Knight, Eglise adventiste du septième jourL’ouvrage de l'historien adventiste George Knight publié en 2008 pour les francophones me semble passer trop inaperçu auprès du grand public et des adventistes. Préfacé par Neal C. Wilson ancien Président de la Conférence génrale des adventistes, En quête d'identité est très connu dans les rangs universitaires. Il est central dans l’enseignement de l’histoire de l’adventisme donné à la Faculté de Collonges sous Salève.
    A sa sortie française, les éditions Vie et santé insistaient sur les différentes figures marquantes présentes dans le livre et qui allaient influencer la théologie adventiste. Mais à le relire alors que personnellement je revisite l’histoire adventiste, le livre de Knight est bien plus. Il transporte le lecteur aux premières loges des « grandes étapes de l’histoire des croyances adventistes », comme le stipule son sous-titre. 

    « La plupart des fondateurs de l’adventisme ne pourraient pas joindre à l’Église aujourd’hui s'ils devaient accepter les 28 croyances. » (G.R. Knight)


    L’auteur commence par une observation qui m’est chère. « La plupart des fondateurs de l’adventisme ne pourraient pas joindre à l’Église aujourd’hui... ». En effet nombreuses croyances étaient rejetées par les fondateurs, James White, Joseph Bates ou J. V. Himes. Tous refusaient la Trinité et étaient des unitariens. Il en va de même pour nombres de croyances. Mais le plus intéressant est le rejet de James White d’un credo. Il refusait que l’on dresse une liste de croyances fondamentales. Impensable pour James White car ce serait construire des barrières prétextes pour rejeter des individus.
    Georges Knight montre tout au long de son ouvrage comment l’adventisme est devenu une administration religieuse qui développe par luttes d’influences une théologie qui se conforme de plus en plus au christianisme. C’est vrai que l’on retient de l’histoire de la théologie adventiste les vives débats de 1888 sur la justification par la foi. Mais à lire notre auteur entre les lignes, ces débats son le propre des mouvements religieux qui se consolident. La surprise vient plus des logiques non théologiques, purement organisationnelles et qui auront des impacts sur la théologie.

    Pour le sociologue ce travail est intéressant car il remet en cause l’approche magique, spectaculaire de la révélation. Derrière ce mot se cache simplement les innovations et interactions sociales. Evidemment celles-ci peuvent pour le croyant être impulsés par le divin. C’est en cela que ce livre est mémorable. Il ne met pas en cause la notion de révélation mais la démystifie permettant ainsi son analyse et sa critique.
    Une chose est claire pour l’auteur et j’en suis content car il s’agit de mon cheval de bataille. L’identité adventiste est dynamique et est une construction dont tous les outils peuvent être compris.

    En quête d’identité est un livre incontournable pour ceux qui veulent avoir une vision historique distanciée sur l’adventisme.

    George R. Knight, En quête d’identité. Les grandes étapes de l’histoire des croyances adventistes. Ed. Vie et Santé, Dammarie-les-Lys, 2008. 242 pages, 13,70€ version papier et 6,99€ version numérique.

  • 1910 - 2010 Un siècle d'adventisme en Guadeloupe d'Eliane Sempaire-Etienne (dir.)

    Sous la direction d’Elian Sempaire Etienne, l’ouvrage dont je viens de prendre possession, publié depuis quelques jours, est une monographie mémorielle qui reprend, à partir de données internes à l’Église adventiste du septième jour (SDA) les grandes progressions et enjeux de la SDA en Guadeloupe. Réalisé à la demande de l’Église adventiste de la Guadeloupe comme indiqué dès la première page, l’ouvrage consolide la mémoire adventiste. Il est le versant guadeloupéen de l’Adventisme à la Martinique de Jean Luc Chandler publié en 2003. D’ailleurs il s’en réfère souvent et épouse le même format.

    1910 – 2010, un siècle d’adventisme en Guadeloupe reconstruit le regard de l’Église adventiste sur son histoire guadeloupéenne. De ce fait, il faut bien garder à l’esprit de par la commande et les contributions qu’il s’agit d’une mémoire. Je parle de mémoire au sens de Krzysztof Pomian, c’est-à-dire d’un domaine de l’histoire soumis à la sensibilité des acteurs sociaux. Il ne s’agit donc pas d’une construction scientifique globale et non orientée. En d’autres mots il est une première contribution significative pour l’écriture à venir d’une histoire, objectivée et scientifique de l’Église adventiste du septième jour en Guadeloupe. Là n’est pas un reproche car, le travail de mémoire réalisé ne s’est pas économisé de méthodes scientifiques. Entretiens, archives, enquêtes, les auteurs et surtout Elian Sempaire Etienne ont fait un travail titanesque. L’ouvrage est inédit et de nombreux points forts permettent de l’apprécier en attendant qu’il donne naissance à un prolongement scientifique. Je ferai quelques remarques rapides, des reproches qui j'espère seront reçues positivement et surtout je soulignerai (certes furtivement) la forte attente scientifique que suscite judicieusement Elianse Sempaire Etienne.

    Lire la suite

  • Ben Carson fait du révisionnisme en comparant migrants et esclaves.

    Les politologues ont résumé le vote et l’adhésion à Donald Trump par un électorat blanc principalement. La présence de Ben Carson, adventiste, Ministre du logement, a beaucoup interrogé. Au sein de l’Église adventiste du septième jour dont Ben Carson est membre, les critiques furent dures. Certains considèrent que ce grand neurologique « devait mieux rester dans les blocs opératoires ». Mais pour d’autres, sa présence auprès de Trump devrait orienter la politique de la Maison Blanche vers les valeurs protestantes. Mais, dès la campagne Carson a pris des positions extrêmes. Que ce soit sur l’avortement, l’Obamacare ou la politique internationale, Carson a été beaucoup plus virulent que Donald Trump. Ainsi concernant l’Obamacare il indiquait que « c’est la pire merde qui est arrivée depuis l’esclavage » ! Sa dernière sortie sur l’esclavage ne manque pas de faire réagir.

    Rappelons que Carson a déclaré que :

    Je pense à ces migrants qui sont venus ici dans les cales des bateaux et qui étaient prêts à travailler dur pour pas grand-chose. Eux aussi avaient un rêve, qu’un jour leurs fils trouveraient la prospérité et le bonheur sur cette terre.


    REDECOUVREZ LA RELIGION DE BEN CARSON


    Ben Carson rajoute dans un cynisme, face à la réalité de l’histoire, qu’esclaves et migrants sont venus aux USA pour construire le rêve américain. Précisemment, USA Today rapporte les mots de Carson :

    But they too had a dream that one day their sons, daughters, grandsons, granddaughters, great-grandsons, great-granddaughters, might pursue prosperity and happiness in this land.

    La honteuse comparaison entre l’esclavage et la migration a entraîné une juste volée de bois verts par les médias américains. Les stars américaines ont réagit. Whoopi Golbert recommande à Carson de revisionner la mini série des années 80 « Roots ».
    Ce qui a aussi choqué est la réaction de Carson qui dans une verve trumpienne accuse les médias de manipulation. 


    L’ARTICLE DU NY TIMES


    Mais la déclaration de Trump inquiète au sein de l’Église adventiste du septième jour. Même si elle n’a jamais soutenue quelconque candidat à la présidentielle, la SDA sait que son nom est souvent associé à Ben Carson. Si aux USA où la religion est omniprésente la démarcation entre un individu et son groupe religieux d’appartenance est évident, des retombées négatives peuvent survenir dans les communautés et pays noirs où l’adventisme réalise une forte croissance. Elle ne manque pas d'introduire des questionnements dans les zones géographiques où des adventistes afrodescedants reposent le lien d'identification à leur église au regard de l'histoire de l'esclavage. Tel est le cas aux Antilles françaises ou au Brésile. Plus généralement au sein de l'Eglise adventiste du septième jour les critiques contre Carson ne se dissimulent plus et s'expriment ouvertement. Mais il est à parier que la capacité de recul qu'ont les individus permettra une bonne distance avec Carson. 

    La nouvelle déclaration de Carson commence à entraîner un rejet dans le monde protestant américain et aux Antilles françaises où les adventistes sont historiquement forts. Ben Carson commence à faire aversion contre lui. Par contre l’électorat de Trump voit en Carson la confirmation des idées du nouveau Président américain. Sa présence et son discours contre les immigrés forment un prétexte pour une conscience antiraciste de Trump. Indiscutablement, cette conscience s’effrite  auprès du public depuis la comparaison entre migrants et esclaves.

  • Félicitation au Collège Henri Dunant de Rouen

    Les enseignants du secondaire font un travail fou, extraordinaire et tellement trop discret. Nous, chercheurs écrivons des livres, faisons des émissions médiatisés, pouvons même faire le choix de se passer de médias pour s'impliquer dans le travail. Les demandes de conférences pleuvent et nous avons le problème des riches à savoir choisir où nous voulons intervenir.
    En parcourant pour mon fils la question de l'esclavage sur le net au sein des établissements scolaires, je suis tombé sur le site du collège Henri Dunant de Rouen. Waou. La claque. Comme dit les enfants: "c'est chouette, LOL" Les professeurs d'histoire semblent hyper actif à lire le site. QCM, astuces pour réviser, fiches de révisions... J'en suis jaloux.
    Mais je parle d'eux pour la manière dont est aborder l'esclavage. Les lieux historiques de l'esclavage ont fait des efforts pour aborder sereinement cette partie de l'Histoire où leur cité a eux le mauvais rôle. Et c'est le cas de Rouen. Chapeau donc à ses enseignants (que je ne connais pas), aux élèves et certainement à toute l'équipe éducative pour la mise en ligne de pages sur l'esclavage. Les éternels insatisfaits y verrons des manques et les esprits constructifs y verrons une innovation pédagogique majeure. C'est un véritable sillon dans lequel il faut se glisser. 

    Découvrez le site avec des explications simples sur le contexte historique, les abolitionnistes, la traversée, les types d'esclaves... Riches, riches est ce site. Riche et pas long. Même très concis. Et là; chapeau bas.

    Personnellement je vous le recommande car ces cartes (faites pas des élèves), les extraits audiovisuels, l'écriture, forment une belle oeuvre dans un pays où aujourd'hui la colonisation fait partie de ce passer qui ne passe pas.

    Bravo aux auteurs et contributeurs de ce collège

  • Réflexion sur la famille antillaise à l'IBN

    Le 01 mars 2017 je serai à l'Institut Biblique de Nogent à l'invitation Département de Missiologie urbaine afin de participer à une réflexion sur les différentes formes familiales. Le thème retenu est La famille chrétienne entre cultures et évangile.  Je plancherai sur a famille antillaise en notant évidemment l'impact de la destructuration esclavagiste, la matrifocalité (bien que je n'aime pas ce terme) et surtout (plus pertinent) les ponts restructurant que permet le protestantisme.

    Mon intervention soulignera aujourd'hui l'apport de la sociologie, à la suite de la littérature, pour comprendre les enjeux de la famille antillaise. Comprendre ces enjeux conduira à une mise en dialogue avec la famille antillaise.

    Ayant déjà commenté la loi sur l'Egalité réelle aux Antilles pour parlementaires et medias, il me semble qu'une réflexion sur la famille antillaise est un préalable absent que cette rencontre permettra de partiellement satisfaire.

    Pour plus d'information sur le site de l'Institut Biblique de Nogent

  • Voeux et perspectives 2017 sur l'analyse de l'Eglise adventiste du septième jour en France

    Une année dense en recherches et publications sur l’Église adventiste du septième jour en France s’achève. Je retiendrai trois temps forts. Le premier est la sensibilisation de décideurs à la complexité de l’adventisme. Le second est l’entrée par mes soins de l’Église adventiste du septième jour dans l’Atlas à sortir sur les minorités religieuses. De manière connexe il y a les améliorations portées à des ouvrages généraux (encyclopédies et dictionnaires). Le troisième et dernier est la publication par les éditions adventistes Vie et Santé et son courageux directeur Jean Claude Nocandy de mon livre, Regards croisés sur l’Église adventiste du septième jour.

    Lire la suite

  • Lettre ouverte au Contrôleur des lieux de privation de liberté

    Votre rapport publié dans l’édition du 14 décembre dernier au Journal Officiel a comme toujours suscité de vives réactions. Je reviens vers vous avec un léger recul sur la mention faite autour de l’usage du créole. Entant que sociologue et créolophone il est de mon devoir de vous sensibiliser en quittant les réactions passionnelles, mêmes légitimes, qui se sont largement exprimées. D’ailleurs, c’est la prégnance des lectures sur l’usage du créole dans la prison de Fresne qui pousse à vous porter quelques remarques.

    Lire la suite

  • L’Église adventiste du septième jour dans le fil de l’actualité recensé par l’AEIMR

    L’Association d’Étude et d’Information sur les Mouvements religieux est devenue depuis plusieurs décennies une référence « non institutionnelle » (des guillemets parce que je ne vois pas comment mieux dire) d’informations et d’analyses du fait religieux. Autour de Bernard Blandre l’AEIMR a été certainement la première structure à étudier l’histoire de l’Église adventiste du septième jour de manière systématique et systémique. L’Église adventiste du septième jour est ainsi abordée dans une histoire globale (pardonnez le singulier) des mouvements religieux minoritaires.

    Lire la suite

  • L'adventiste Ben Carson rejoint l'administration Trump

    Ben Carson, Eglise adventiste du  septième jour, Donald TrumpNeurochirurgien de renom, Ben Carson s’est un temps opposé à Donald Trump lors des primaires avant se rallier à ce dernier. Extrêmement conservateur, Ben Carson est un adventiste dont l’histoire ressemble à une succès Story américaine.

    Découvrez le parcours de Ben Carson dans ces anciennes notes.

     

    Ben Carson: le neurochirurgien adventiste candidat aux primaires républicaines

     

    Ben Carson se rallie à Donald Trump

  • Passée (quasi) inaperçue, la journée internationale de commémoration des abolitions de l’Esclavage en France. C’est aussi de la faute au syndrome de Stockholm émietté.

    Combien êtes vous à avoir vu une affiche, un défilé, un film, un concert, un salon littéraire, une exposition… sur la commémoration de la journée internationale de commémoration des abolitions de l’Esclavage ? Ce n’est pas une surprise, même si c’est une mauvaise évidence. Deux raisons principales l’explique. La première est la responsabilité politique. Elle est évidente. La seconde est le syndrome de Stockholm émietté. Qu’est-ce ? Il s’agit de comportements, de croyances, de pratiques, de statuts, de rôles, de normes… en un mots d’attitudes orientées chez les descendants d’esclaves et surtout de leurs représentants qui contraignent le pouvoir politique à minorer la nécessité d’une participation constructive à une commémoration de l’esclavage.

    Lire la suite

  • "Dis le au Monde" le long métrage de l'église adventiste sur son histoire.


    Ce samedi 3 décembre à la Maison de l’Espérance au 13 rue Gracieuse à Paris (75005), je présenterai mon livre Regards croisés sur l’Église adventiste du septième jour. Je commenterai également la projection du film Dis le au Monde. Il s’agit d’un long métrage sur l’histoire de la SDA. Réalisé par la « filiale » australienne à partir de données historiques relevées par les chercheurs du groupe. Ce « realdocumentaire » de plus de 2 heures porte à l’écran les principaux fondateurs du millérisme, puis de l’Église adventiste du septième jour

    Lire la suite

  • Petite brève sur plus de 160 ans de présence adventiste dans la presse française.

    Archives, Presse, Eglise adventiste du septième jour

    L'Eglise adventiste du septième jour apparaît dans la presse dès le XIXe siècle en France. En 1852 dans le journal catholique L'ami de la religion du Roi, journal de revue ecclésiale (1814-1862), Henry de Courcy présente la SDA comme une secte qui remporte la palme du produit le plus honteux du protestantisme (p. 504).

    Les journaux Le temps (Numéro 6590 du 7 mai 1879) et Le Gaulois (numéro 3298 du 9 septembre 1891) relatent l'installation de l'Eglise adventiste du septième jour en notant la modernité des stratégies de communication adventistes. Les tentes adventistes qui hébergent le public, le professionnalisme de l’installation, la capacité à communiquer étonnent. Globalement, la presse note l'insistance adventiste à observer le samedi comme jour de repos. Cet attrait « exotique » de la SDA attire l’attention.

    Lire la suite

  • Près de 50% des nouveaux convertis quittent l'Eglise adventiste du septième jour

    statistiques,eglise adventiste du septième jourLes nouvelles statistiques publiées par l’Église adventiste du septième jour conduisent à souligner deux points. Premièrement c’est une organisation religieuse en forte croissance. L’adventisme dit du sud (Afrique, Brésil… ) contribue grandement. Mais globalement, bien que l’on compte plus de 19 millions d’adventistes, presque un converti sur deux abandonne les rangs. Si en 2000 43 % des convertis officiels (baptisés) désertaient, en 2015 ce taux est de 49 %. C’est exactement celui que m’indiquait Régis Dericquebourg pour les jéhovistes mais une génération. Commentant ces données, Religioscope fait le parallèle avec l’Église des saints des derniers jours via la célèbre étude de Charles Carter (2011). Par projection, la revue Adventiste Magazine note qu’en l’absence de ce phénomène le contingent adventiste serait de 50 millions d’individus.

     

    Lire la suite

  • Il y a 200 ans, William Miller connaissait son expérience de conversion

    miller.jpgWilliam Miller, réformateur leader du mouvement de réveil le millérisme est de toute évidence un meneur d'hommes. Lors de la guerre de sécession il s'est fait remarquer comme un soldat efficace face aux anglais. L'un des faits d'armes du capitaine Miller fut à la bataille de Plattsburg le 11 septembre 1814. Dans un rapport rédigé de sa main il écrit sa satisfaction d'être des 5500 soldats qui avaient mis en déroute 1 5000 anglais dont des généraux qui avaient vaincus Napoléon1. Cette séquence marqua Miller et affirma chez lui les convictions déistes. Sylvester Bliss raconte que Miller indiqua « qu'un tel résultat dans de telles circonstances adverses me sembla être l’œuvre d'une puissance plus grande que celle de l'homme seul »2.

    Lire la suite

  • L'Eglise adventiste du septième dans le film "Tu ne tueras point" de Mel Gibson

    Tu ne tueras point, Mel Gibson, Eglise adventiste du septième jourLes critiques sur le film de Mel Gibson, dont l'engagement au sein du christianisme est connu oscillent entre l'admiration et le rejet. Globalement, les critiques reconnaissent l'évolution du travail de Gibson qui ne se contente plus de montrer les horreurs de la guerre. Pour l'analyste de l'Eglise adventiste du septième jour que je suis, des critiques de médias sont au mieux marquées d'ignorance ou au pire de mauvaise foi. C'est surprenant que des critiques ne se soient pas renseignées sur l'Eglise adventiste qui est en arrière fond du film avant d'y porter un avis influant. 

    Lire la suite