Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sociologiser - Page 5

  • L'adventisme dans le rapport de la Miviludes

    Rapport Miviludes 2011, Sectes apocalyptiques, Télécharger le rapport contre les sectes, télécharger le rapport Miviludes, Eglise adventiste, secte, 2012 fin du monde, adventisme, fin des tempsLe dernier rapport de la Mission Interministérielle de Vigilence et  Luttes contre les rives Sectaires (DIVILUDES) vient d'être remis au Premier Ministre par son Président, George Fenech. Le rapport se penche sur les mouvements millénaristes et messianiques qu'elle résume dans la terminologie de groupes apocalyptiques.
    La Miviludes dans son premier chapitre fait un tour d'horizon de l'actualité des thèmes apocalyptiques. Après avoir très sommairement rappelée quelques déclinaisons du millénarisme et du messianisme, la Miviludes insiste principalement sur l'actualité de la fin des temps autour du New Age, et avec une moindre importance sur l'adventisme. Concernant l'adventisme voici ce qui en ressort :

    Lire la suite

  • Deux blogs à découvrir ou redécouvrir sur le mormonisme

    mormonisme, Chrystel Vanel, Carter Charles, Bernadette Rigal-Cellard,Je suis un des lecteurs occasionnel du blog de Carter Charles sur le mormonisme. Ce dernier se réfère souvent au travaux de Bernadette Rigal-Cellard que j'ai découverte grâce à Régis Dericqueboueg. Tout ce petit membre est très actif autour de l'Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité.

    Alors que le mormonisme est souvent traité de manière exotique autour des clichés sexe et secte, un autre blog est particulièrement intéressant. C'est celui de Chrystal Vanel, doctorant à l'École Pratique des Hautes Études. Je vous le conseille également. Sa dernière note à partir du traitement que la chaîne M6 a récemment fait du mormonisme vaut le détour (Carter en propose aussi une analyse plus courte).

    La blogosphère de sociologues sur les groupes religieux s'amplifie. Et c'est une bonne chose comme l'a déjà souligné Baptiste Coulmont, véritable sociologue pionnier de la vulgarisation sur le net via un site perso.

  • La justice reconnaît l'aumonerie des Témoins de Jéhovah

    Témoins de Jéhovah, Prison, Aumonerie jéhovah en prison, centre de detention de MuretLors de mon intervention à Paris à l'occasion du colloque Réveil du religieux et éveil de la société, je revenais sur différentes stigmatisations malgré une jurisprudence de plus en plus sensible à l'égalité de traitement d'individus en fonction de leur pratique et croyance. Maître Ducrey prolongeait dans ce même sens. Nous notions, successivement, l'entêtement du Ministère de la justice face aux demandes de Témoins de Jéhovah qui veulent exercer en prison leur culte. Malgré une jurisprudence européenne claire, des jéhovistes sont discriminés en prison en raison de leur pratique religieuse. La position de l'administration carcérale est très tendue autour de l'aumonerie. Elle rechignait, et rechigne, à étendre aux jéhovistes le droit à une aumonerie et donc de satisfaire directement aux besoins religieux des prisonniers de cette organisation religieuse.

    Le récent arrêt admibistratif marque une grande victoire pour les jéhovistes, mais plus largement pour le respect des diversités des pratiques religieuses qui répondent aux exigences légales. Non seulement la cours reconnaît aux TJ le droit à l'exercice de leur culte mais surtout elle déboute l'administration pénitentiaire qui refusait jusque là de reconnaître l'aumonerie jéhoviste.

    Il faut le reconnaître, cela ouvre une jurisprudence sur laquelle il faudra veiller. Le travail pour les surveillants en prison est complexifié, mais ce n'est rien face au respect des libertés, dont celles de religion et de conscience. Et, là, ce n'est pas être jéhoviste ou non qui compte, c'est le respect de libertés fondamentales qu'il faut protége.

    Reste que le Ministère peut se pourvoir en Cassation. Mais au regard de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, se serait un risque bien vil car la CEDH ne manquera d'imposer à la juridiction française le plein droit des plaignants jéhovistes.

  • 1.37 milion d'€ pour "Sociologiser" !

    sociologiser, valeur site internet, blog fabrice desplan, Tenir un blog c'est un jour rompre avec la promesse que vous vous faites : "je ne regarderai pas les statistiques". Pfoouu. Finalement, vous écrivrez pour être lu. Ce matin, je faisais le tri de commentaires (encore beaucoup à lire), des mots clés tapés pour arriver sur le blog, ou des liens qui y conduisent. Cette revue d'horizon m'a conduit sur bizinformation. En toute curiosité j'ai l'adresse du blog pour connaître sa valeur, son classement, etc. Alors j'ai fait : sociologiser.hautetfort.com (c'est l'adresse initiale, www.dixmai.com est une adresse secondaire). Ma surprise fut fantastique. Je suis visiblement un milionnaire qui ne se connait pas.

    Je ne sais comment cela fonctionne, mais voilà qui fait rêver. Maintenant, retour à la réalité, loin de chiffres qui ne reflètent malheureusement pas le réel. Snnniifff

  • Les véritables succès de la Commémoration des abolitions de l'esclavage

    Nicolas Sarkoz; Abolition de l'esclavage, Commémoration des abolitions de l'esclavage; 10 mai;23 maiN'étant plus à la conception de manifestations pour la commémoration des abolitions de l'esclavage j'ai pu suivre comme simple observateur certaines et suivre les débats, polémiques qui réapparaissent chaque année.
    Le constat général est très positif. Il y a encore la trace de débats inutiles mais au delà remarquons une pacification rampante. Qu'entendre par là. La commémoration des abolitions est de plus en plus acceptée. Les collèges s'engagent. Les manifestations associatives se multiplient. Les tensions entre tenant du 10 mai et du 23 mai s'estompent. Je me suis déplacé dans des collèges du Nord de la France pour parler de l'esclavage et c'est extraordinaire le travail que je découvre. Lectures, débats, sensibilisations, etc. En un mot, la commémoration s'approche de son ambition initial. Elle commence à faire lien entre les individus de toutes origines. Elle réinterroge le présent, sans se culpabiliser du passé, tout en étant un angle d'attaque des inégalités de traitement d'une partie de la population présente en France.

    Du côté des descendants d'esclaves, un sentiment de redécouverte de soi, de son histoire, de son identité rencontre de plus en plus d'échos dans ses manifestations. La traduction la plus évidente de cette pacification de la commémoration est la proposition qui émerge de plus en plus dès associations est que les manifestations s'étalent du 10 au 23 mai, faisant de cette période un espace pédagogique. De fat, il est important d'appeler à ce que cette proposition rencontre un écho favorable, rapprochant les manifestations françaises de moments forts présents dans d'autres pays autour de l'esclavage, de la quette des droits civiques ou encore de la fin de régimes discriminatoires.

    Une commémoration des abolitions du 10 au 23 mai intégrerait aussi des dates commémoratives de départements d'Outremer, faisant ainsi converger les actions et manifestations. Un véritable pas vers une sensibilisation élargie et cohérente.

  • Volée de bois vert contre Fabrice Desplan

    Fessée, Critique adventiste, Séquestrée grigny, Eglise AdventisteNous parlions de l'humour adventiste au travers de l'actualité. Mais ne rions plus. Alors que tous les médias ont repris mes propos et compris que j'indiquais que l'adventisme est incompatible avec l'exorcisme, malgré la présence d'une minorité, en interne les adventistes n'ont pas apprécié ma présence dans les médias. Oui, oui. Ce sont dans les rangs adventistes, au sommet, que les susceptibilités se manifestent. L'argument principal est que je réduisais l'adventisme à sa partie antillaise et d'autre part que je faisais des généralités, là où je prononce le mot MINORITE !

    Voici le communiqué m'incriminant, posté le samedi 21 mai sur le site de l'Eglise adventiste.

    Mon Dieu ! Comment les décideurs adventistes arrivent-ils à faire de tels commentaires à partir de mes propos ? Incroyable. En off les échanges sont nombreux, vifs, respectueux, mais tendus.

    Des lycéens me demandaient : « comment considérez-vous votre blog par rapport à l'Eglise adventiste ? » Ma réponse était simple : "c'est un travail qui parle des adventistes, pas seulement, mais n'est pas à destination d'adventistes". Et je rajoutais sous l'insistance des lycéens : « c'est le miroir grossissant, non déformant, dans lequel l'adventisme n'aime parfois pas se regarder ». D'ailleurs c'est souvent le statut de la sociologie plus globalement.

    La volée de bois vert qu'a entraîné dans les rangs adventistes mon interview que j'assume, explicite bien cela. J'ai même été invité assez directement à me taire. La sociologie quand elle ne plaît devrait faire silence ! Mais il faut voir plus une médaille qu'une critique. Vous imaginez si toutes les analyses du sociologue conviendraient aux groupes religieux ? A quoi servirait-il !

    Restez vigilant, allez souvent sur le site de l'Eglise adventiste, car de mon avis d'autres bois arriveront. J'en ferai une belle corbeille. Ils sont bien loin des remerciements que je reçois des simples adventistes. Mais eux ne sont pas prisonniers d'enjeux, de corps et d'intérêts.

  • Autodérision adventiste. Clin d'oeil à partir de l'actualité « d'adventistes » qui ont pratiqué un exorcisme à Grigny

     

    Exorcisme adventiste, Grigny, Autodérision adventiste, Eglise AdventisteRevenons à nos moutons après l'affaire DSK qui a fait exploser le blog ! Plus de 10 000 adresses IP par jours pendant 3 jours. Alors vous qui venez en tapant DSK, restez sur cet autre sujet qui fait le blog revenir à son objet premier : l'Eglise adventiste.
    Depuis 2009, je tente de garder les emails humouristiques fait par des adventistes à l'encontre de l'adventisme même. L'autodérision est selon moi une entrée pertinente pour bien comprendre l'évolution d'une organisation. Il peut être comme l'indique Bergson une tentative adroite de contraindre des individus. C'est une fonction universelle du rire et l'adventisme n'y échappe pas. Sur ce point pas de quoi fouetter un chat.

    Mais ce qui est surprenant, peut-être, dans l'autodérision adventiste, ce sont les sources extrêmement multiples. Et l'une des plus sarcastique est le pastorat. Mes abdominaux ont encore le souvenir de blagues qui visaient la manière de prendre des décisions, l'orthodoxie de membres, des positions morales ou encore la liturgie. J'en ai parfois pleuré.

    Lire la suite

  • Nouvelle photo de la victime supposée de DSK

    Connafissatou diallo ophélia,photo victime dsk,identité victime dsk, Sofitel New Yorktinuons sur le buzz! Voici la dernière photo de la victime supposée de DSK. Il y aurait eu une confusion avec la photo précédente selon LePost.fr, avec sa collègue Ophélia. Ceci s'expliquerait par un profil très voisin puisqu'elle aurait comme Ophélia 32 ans. Les conjectures vont sur son origine. Tout cela n'enlève rien à nos commentaires précédents.

  • Nafissatou Diallo : l'identité et la photo de la victime de DSK pour des questions

    nafissatou diallo ophélia,photo victime dsk,identité victime dsk

    Un peu de buzz ne fera pas de mal au blog. Pour cela rien ne vaut de revenir très rapidement sur l'affaire DSK en se posant des questions simples. Et, s'il vous plait, allez jusqu'à la fin de l'article.

    Quand j'écoute les commentaires, j'ai l'impression que la victime présumée est DSK et la coupable présumée cette femme de chambre. La justice américaine est écrasée dans les commentaires. Les journalistes trouvent normal de cacher un secret de polichinel, visiblement, que serait l'enclin exagéré de DSK pour les femmes. Le pire c'est qu'ils argumentent de plus en plus pour justifier cette posture. Mais moi je ne suis pas en accord avec cette démarche qui se cache derrière une pudibonderie éthique. Alors posons quelques questions ?

    Si DSK est coupable de simples gestes déplacés ou d'une grave agression, quel est le degré de complicité passive de journalistes ? S'ils avaient plus souvent fait écho à ce qu'ils disent maintenant savoir de longue date, en serions nous là ?

    Deuxième question : quand je regarde les images et les commentaires je concède des excès. Et le sentiment majeur qui revient est une pitié. Mais n'est-ce pas le résultat recherché ? Ne faudrait-il pas plus avoir pitié de cette femme qui se trouve au centre d'une affaire mondiale ?

    On critique la justice américaine, mais n'y a t-il pas une noblesse à voir traiter de manière identique les petits et les grands. C'est pourtant le souhait de tous les individus. Mais une fois qu'il est appliqué au détriment de DSK, c'est l’offuscation générale. Si j'étais cette femme, je serai heureuse de savoir que mon cas est traité avec équité malgré le statut social de l'individu en face. Là, la justice française doit prendre des leçons. Petits et grands au même niveau.

    nafissatou diallo ophélia,photo victime dsk,identité victime dskEn criminologie il y a un acquis : dans les grandes affaires (crimes en séries, affaires people et médiatiques) souvent la victime est oubliée dans l'histoire, alors que les coupables ont le nom gravé dans le marbre. Inutile de tomber dans les excès féministes, mais l'heure est venue de donner un visage et un nom à la victime supposée de DSK. Pour la Tribune de Genève elle s'appellerait Nafissatou Diallo, guinéenne de 32 ans, mère d'une jeune fille de 16 ans. Elle habiterait le Bronx et est désormais sous protection policière. La justesse des informations, jusqu'à son identité ne sont pas certaines. Mais bien plus, un nom, un visage, non pour faire d'elle une éternelle victime, mais celle qui symbolisera peut être pour la France la possibilité d'une équité judiciaire. On peut critiquer encore les Etats-Unis pour les manquements de leur justice, mais certainement pas à partir de cette affaire.

    Une dernière chose : coupable ou pas, et si le penchant exagéré de DSK pour les femmes (lui même le dit dans Libération) ce serait exprimé outrageusement, scandaleusement alors qu'il porterait les couleurs socialistes en 2012 à l'élection présidentielle ? Pire et si c'était après avoir été élu à l'Elysée ?

    Des réponses ?

  • Des "adventistes" "séquestrent" une jeune femme pour exorcisme

    Exorcisme, Adventiste, Grigny, Evry, SéquestréeAprès une journée de très fortes sollicitations par les journalistes, j'ai donné une interview à l'AFP. L'Eglise adventiste a fait irruption bien malgré elle. Des individus présentés dans un premier temps comme des adventistes auraient séquestré une femme pour un exorcisme pendant une semaine !
    La question aux lèvres de tous les journalistes était simple : L'Eglise adventiste réalise t-elle des rituels d'exorcisme ?

    La réponse est non. L'Eglise adventiste en France n'incite pas ses membres à de telles pratiques. Une marginalité de membres, et dans l'affaire qui nous concerne vraisemblablement des anciens adventistes, s’adonnent à de tels rituels. Mais dans le cas d'individus adventistes cela ne peut être que des initiatives déconnectées des orientations de l'adventisme français. Mais comment cette minorité, adventiste ou pas, arrive à légitimer l'usage de l'exorcisme au point de séquestrer.

    Lire la suite

  • L'espérance antillaise: Conférence débat organisée par la Revue Alizés

    Revue Alizés, Fabrice Desplan, Jean Claude GIrondin, Entre espérance et désespéranceLa revue Alizés, qui a déjà fait une présentation de mon dernier livre, me permet d'échanger avec le public ce 30 avril 2011. Revue de sensibilité catholique, Alizés alimente la réflexion sur les Antilles depuis des années. Animée par Jean Claude Girondin, ma rencontre avec le public permettra d'insister sur ce que je pense être une spécificité de l'espérance antillaise.

    L'échange se déroulera dans les locaux de la Fédération Protestante de France, avec le soutien d'AGAPE France.

    Rendez-vous samedi 30 avril, 15h à Paris, Métro Liège
    Info: 06 07 71 17 85

  • "Réveil du religieux, éveil de la société"

    Dominique KounkouA l'initiative de Maître Dominique Kounkou j'ai participé mardi 22 mars au colloque « Réveil du religieux, éveil de la société » qui s'est déroulé à Paris. J'aurai pu relayer l'information mais j'avoue que pris par de nombreuses autres activités j'ai négligé le blog et plus précisément de transmettre plusieurs informations dont celle-ci. J'étais présent que l'après-midi et je n'ai pas pu profiter des interventions matinales autour de Haïti. L'après midi a été porté par des thématiques où s'entrecroisent droit et sociologie. Parmi les intervenants trois universitaires, Régis Dericquebourg, Laburthe Torla et Fabrice Desplan. Ajoutons la présence de Me Gérard Ducrey dont l'oeil expert est d'une richesse exaltante.

    Lire la suite

  • Diffamation des religions et liberté religieuse

    Conscience and Liberty, Conscience et Liberté, Droit des religions, AIDLR; Association internationale pour la défense de la liberté religieuse, Karel NowakLe dernier Conscience and Liberty est disponible depuis quelques semaines en kiosque. La Revue est également disponible en français. Editée par l'AIDLR, la revue Conscience et Liberté consultée par les décisionnaires dans de nombreuses organisations internationales (Conseil de l'Euorpe, Cour Européenne des Droits de l'Homme, Assemblée Générale de l'ONU...). Le dernier numéro est d'actualité et s'inscrit dans l'histoire de l'AIDLR. Son titre Defamation of Religious and Freedom of Expression pour la version anglaise et La diffamation des religions et la liberté religieuse pour les lecteurs francophones.

    J'y consacre un article Religious Defamation, Stigmatization and Social Norms (Diffamation religieuse, stigmatisation et normes sociales – quand le droit européen prend de plus en plus acte de la complexité sociale).

    Tous les articles de ce numéro sont de qualité. Un comité éditorial d'une grande efficacité en est le garant. Régis Dericquebourg m'indiquait sans détour : « ce numéro est bien ». Il a raison. J'ai été sensible à l'éditorial de Karel Nowak, Secrétaire général de l'AIDLR. Il note la pluralité des orientations des auteurs et le souhait de la revue d'être un lieu de débat, quitte à présenter des analyses qui ne sont pas des convictions de l'AIDLR. Outre ce point d'ouverture, l'éditorialiste indique des points majeurs autour de la diffamation religieuse. Le premier est le conflit qu'il peut avoir avec la liberté d'expression, surtout dans sa version médiatique. Le second est « une tension et un malaise croissants dans certaines parie du monde – notamment en Europe – par rapport aux immigrations ».

    Conscience et Liberté 2010 Couv.jpgUne voie de sortie pour le Secrétaire est la reconnaissance de l'universalité des droits de l'homme par toutes les parties impliquées. Cette perspective à elle seule justifie les activités de l'AIDLR et le prolongement scientifique de ce dernier au travers de Conscience and Liberty.

     

     

    SOMMAIRE ET EXTRAITS EN FRANCAIS DU NUMERO 

    SUR LE SITE DE L'AIDLR

     

  • Poème d'Ernest Pépin à Edouard Glissant: LA BELLE PAROLE DU MONDE

    Mort d'Edouard Glissant, Hommage Ernest Pépin à Edouard Glissant, Poème à Edouard Glissant, Disparition Edouard Glissant, Hommage à Edouard Glissant, Décès Edouard GlissantLes hommages en mémoire de Glissant affluent. J'en reçois plusieurs. Indiscutablement le poème qu'Ernest Pépin vient d'écrire pour son ami est juste et poignant. A l'initiative de l'auteur je vous le porte. En fin de poème un lien vous permettra de le télécharger.

     

    POUR EDOUARD GLISSANT

     

    Tant de paroles offertes aux mains du monde

    Remaillées aux fleuves souterrains

    De grands chaos nous guettaient en bordure de nos îles

    De grands rêves soulevaient nos vagues

    Et enfouissaient les mots sous les sables du monde

     

    Voici que pleurent les filaos

    Nous avons passé le seuil des Indes

    Passé le seuil des syllabes inconsolées

    Car nul n’est à l’abri du silence

    Et la vie est toujours un piège qui recommence

    Et ce que nous habitons c’est la pensée du monde

     

    Ivresse des mots

    Malemort des mots

    Nous sonnerons les pluies métisses

    Nous ameuterons la Lézarde

    Car

    Nous sommes un peuple de traces prophétiques

    De paroles dénouées

    De paroles volées au mur de l’horizon

    Et le conte en nous a toujours fait sa ronde

     

    Pays fêlé et de mers dilatées aux flancs du monde

    Nous en savons l’usage et le boucan de soleil noir

    Le balan du souffrir

    L’allégresse des argiles

    La roche ingouvernable aux portes des rivières

     

    Pays de sel

    Le poète a jeté les dés des secrets

    Tapissé le gouffre de nos lumières

    Et défroissé les midis de la mer

    Naissance des naissances

    Le poète fait foule

    Et sa mort justifie le soleil des consciences

     

    Chacun inventera ses mots

    Chacun sondera son propre sel

    Allumera

    Sa propre bougie

    Sa propre étoile

    Pour mieux se souvenir que

    Le ciel s’est incliné pour ramasser sa lumière

    Mais il nous appartient

    Son rêve nous appartient

     

    Nous garderons l’empreinte du Prince

    Nous avons rendez-vous avec l’informulable

    Sa parole

    Est un siècle

    Une jungle en veilleuse

    Ame inquiète du monde

    Un archipel aux yeux d’éclipse

    Sa parole

    Tant de soleils déménagés

    Tant d’océans bouclés aux chevilles des racines

    Tant de villes enjambées

    Tant d’étoiles déterrées

    Je parle au nom d’un poète

    D’une écriture totale et totalement indélébile

    Et je regarde mûrir l’horizon

    Et je demande l’hospitalité du Tout-Monde

    Et je plante un acomat

    Et je ceins le rocher du Diamant

    Qui emprunte ton visage à venir

    Cette louange couronnée d’oiseaux marins

    Ce gardien royal inspiré par tes songes

    Et dans ce lieu

    Où la pierre se fait flamme

    Dans ce lieu de beauté intraitable

    Je regarde passer l’âme du monde

    La belle parole du monde

     

     

    Ernest Pépin

    Faugas le 04 février 2011

    Lire la suite

  • Nouveau livre de Steve Gadet: La culture hip hop dans tous ses états

    Steve Gadet, Culture hip hopLors d'un de mes récents séjours aux Antilles, j'ai rencontré Steve Gadet. Chercheur dynamique. De nombreuses cordes à son arc; slameur, animateur de renom sur Radio Souffle de Vie et j'en passe. Incroyable qu'un seul homme puisse avoir autant de domaines où il arrive à s'investir.

    Steve Gadet, dit Fola, est un chercheur spécialiste de la littérature et de la langue anglaise. Son précédent ouvrage La Fusion de la culturehip-hop et du mouvement rastafari publié en mars dernier chez l'Harmattan fut innovant. Son dernier livre semble être du même acabit et rencontrera le succès. Voici la présentation de ce livre qui j'espère sera dans votre bibliothèque. En fin de présentation vous trouverez le fichier PDF de l’éditeur.


    Pourquoi un autre livre sur la culture hip-hop ? Parce que comme toute culture, elle est dynamique et changeante. Elle possède l’essence des cultures : elle recherche le contact avec l’autre. Même si le mouvement possède une histoire, une tradition réelle, il ne se réduit pas au rap, ni aux Africains-Américains, ni aux clichés déversés par les clips vidéo. Le hip-hop doit son dynamisme et sa longévité à sa capacité à entrer en contact avec d’autres cultures et à se laisser infiltrer. Ce faisant, il est également porteur de contradictions. Parfois victime de son propre succès, le mouvement hip-hop est le résultat d’échanges complexes, de conditions sociopolitiques nourries par des sentiments de désillusion et d’aliénation. Cette culture a par ailleurs un impact considérable sur l’industrie vestimentaire, la presse écrite, l’enseignement, la télévision, le langage, la sexualité, les relations homme-femme, les politiques sociales et économiques aux États-Unis et dans le reste du monde. Parce qu’elle a capturé l’attention et l’imagination d’un grand nombre individus d’origines ethniques et sociales très diverses, elle mérite qu’on s’y intéresse avec beaucoup de sérieux. Steve Gadet interroge cette culture fertile à la lumière de plusieurs grands thèmes, à savoir : la société étasunienne, Barack Obama, le multiculturalisme, les substances narcotiques, l’Afrique, la mort, la glocalisation, le capitalisme et l’interculturalité.

     

    DOCUMENT DE PRESENTATION DE L'EDITEUR