Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premières remontées de ma nouvelle enquête "Dirty Work" dans le monde évangélique et adventiste

Celle-ci va surprendre et prend du temps par manque de financement. L'enquête "dirty work" est un prolongement des recherches de la sociologie du travail et de la santé réalisées aux USA. Elles visent à mettre en évidence les activités considérées comme non gratifiantes que les individus cherchent à éviter dans les groupes religieux. Par "activités" j'entends les choses à réaliser. Il s'agit bien de faits concrets. L'enquête qui a déjà débuté englobe des individus de communautés adventistes et de communautés évangéliques indépendantes. Les différences d'organisations ont été un critère de sélection majeur.

D'où vient cette idée facile à reprocher? Elle résulte des enseignements donnés aux professionnels de santé sur la sociologie et le cas adventiste. Pour la sociologie des organisations, tout groupe social ayant une structure formelle distribue des autorités. Il s'agit de la constitution de la hiérarchie. Les auteurs américains dont Hughes le premier notaient le réflexe des individus à transmettre à d'autres, hiérarchiquement inférieur des tâches non gratifiantes, d'où la notion de dirty work. C'est vrai à l'hôpital où dans l'histoire les médecins ont délégué le sale boulot (du point de vue des médecins) aux infirmiers.

Dans un groupe religieux peut-on observer du dirty work? Que serait dans ses groupes une tache noble? Comment,  à qui, reléguer? Quel serait la compatibilité avec l'orthodoxie et l'orthopraxie (surtout)? Seule une enquête de terrain permettra de le certifier. A ce jour les premières conclusions sont surprenantes et me poussent à fabriquer l'idée d'un dirty work inversé. Voyez déjà là, l'ensemble de stratégies pour dépasser le dirty work. Cependant il faut encore creuser car les individus signalent effectivement des activités non nobles à déléguer, mais pas celles que j'attendais!! Je n'en dit pas plus. Je reviendrai faire un compte rendu des premières conclusions.

En tous les cas, parler au sens de Hughes de dirty work conduit à reconsidérer les fonctions des relations sociales au sein des groupes religieux. Je termine des rapports sur l'adventisme à destination d'institutions et vous verrez de quoi il s'agit très concrètement.

Commentaires

  • JE ne sais pas comment vous faite, mais vous les intellectuels cous chercher des problèmes là où il n'y en a pas. Dans l'Eglise de Dieu nous sommes tous égaux. Toutes les taches sont réalisées pour la gloire de Dieu. Nous sommes tous des éléments du corps du Christ. Tout le monde est important.
    Nous ne sommes pas une entreprise mais des croyants. Cela dépasse votre science qui cherche a ébranlé l'Eglise inspirée. Dieu l'a dit: Dans les temps de la fin, l'Eglise sera criblée par des gens comme vous. Mais il en restera les vrais croyants, élus de Dieu. Alors même si vous ne le voulez pas, l'oeuvre de Dieu est plus grande que vous.

  • Que vous dire... Les chercheurs sont certainement des fous sans foi (évident pour vous), ni loi qui cherchent à torpiller toutes connaissances. J'espère que vous voyez où je veux aller.

Les commentaires sont fermés.