Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sociologiser - Page 9

  • Définition raciste de "Evolué" dans le Larousse

    larousse.jpgLong silence, car je suis de plus en plus surchargé et sollicité. Mais cela n'excuse en rien mon absence. Mes excuses donc à tous. En cette heure de mise à jour du blog j'aimerai simplement vous sensibiliser à une information que je viens de vérifier et qui m'est arrivé par mail ce matin, via une proche (merci Gégé). Il y a ces choses qui sont constamment sous le nez et auxquelles nous ne portons pas attention. Ou pire que nous lisons, ou plutôt que nous croyons lire. Et là, il faut, un accident pour vous réveiller. Je vais être précis.
    Ce matin, je reçois un de ces mails qui a circulé sur le net. Il relate un échange entre un utilisateur du Larousse et la Rédaction du dictionnaire. Je ne vais pas m'attarder sur le contenu ne connaissant pas les sources premières (il suffit que le mail soit lancé par un manipulateur...). Mais allons à l'essentiel. Le mail reproche au Larousse une des définitions du mot évolué.

    Lire la suite

  • Témoins de Jéhovah à Lambres-lez-Douai.

    Lambres-lez-Douai est une petite ville du Nord. Je connais très bien Lambres. Ces usines, son centre ville qui tente de rester dynamique malgré la perte de vitesse de l’automobile (Renault, Faurecia) et la grande fragilité de Beguin Say.
    Cette ville ouvrière est à quelques minutes de Douai et 25 minutes de Lille. Lambres est à la une de l’actualité locale depuis que l’ADFI stigmatise l’installation de la nouvelle salle du Royaume des Témoins de Jéhovah et une manifestation internationale à venir, organisée à Douai, par les Jéhovistes.
    Voici une vidéo avec Mme Delporte. Encore une fois, je vous indique que je ne suis pas jéhoviste (certains le pensent !!), mais admirez la qualité des arguments anti-jéhovistes qui flirtent avec le racisme anti américain. Regardez aussi la foule très nombreuse qui accompagne Mme Delporte.

     


  • L'adventisme aux Antilles, une Eglise normative (I)

     

    Copie de DSCF0004.JPGVous êtes quelques-uns à avoir réagit négativement à la dernière note, par mails. Des adventistes antillais m'indiquent qu'ils ne sont pas d'accord avec cette affirmation que j'écrivais , même s'ils partagent l'idée. « Dans les publications antillaises se sont essentiellement des points de doctrines qui sont présentés pour par la suite conduire le membre à adopter une conduite bien déterminée. Il y a là une différence fondamentale dans l'éthique, l'épistémologie même des publications antillaises et hexagonales. La connaissance est édictée dans les publications antillaises, alors qu'elle est proposée dans la Revue Adventiste présente dans l'Hexagone ». En fait c'est simplement la différence avec l'hexagone que je mets en évidence qui surprend mais pas l'analyse des publications adventistes aux Antilles. C'est l'occasion de vous livrer deux notes sur l'adventisme antillais, que je qualifie de normatif. J'entends par là que l'adventisme aux Antilles se concentre essentiellement sur l'affirmation des normes du groupe. Le retour réflexif sur ces derniers ou sur des questions sociales n'est pas une perspective importante chez les dirigeants (ce n'est pas le cas chez les membres).

     

    Lire la suite

  • Chronique : diversité adventiste et la Revue Adventiste (fin). « Des Revues, une Eglise »

    images.jpgGuido avait mis sur la piste l’étudiant que j’étais. Je voyais déjà le chapitre de thèse et les articles qui en suivraient. Il fallait simplement « importer » des revues adventistes. Puis, comparer les sommaires. Et ensuite regrouper les revues qui se ressemblent. Voilà qui devrait être simple, surtout qu’il s’agit quand même uniquement de versions locales, pays par pays, de la Revue Adventiste ! Le travail serait ainsi bouclé. J’imaginais arriver à démontrer, statistiques à l’appuie, taux de récurrence créé, qu’en gros les adventistes avaient dans tous les pays un regard identique, forgé par leur patrimoine (histoire de l’Eglise, théologie, Institutions socialisatrices…). Certainement il y aurait des variations régionales mais celles-ci resteraient des variations et non des différences. Avec quand même le mythe de la facilité je me suis lancé. Du Nord, facilement ont peut obtenir des revues lusophones et hispanophones. J’ai pu obtenir une série de Revue en provenance de Roumanie. Des USA j’en avais trop. Dès Antilles, La Sentinelle, puis le Reflet, et La Revue furent des publications que j’ai cumulées. J’avais veillé à ce que toutes les revues soient sur la même période.

    Lire la suite

  • Chronique : diversité adventiste et la Revue adventiste. Phase 1 « La leçon de frère Guido »

    adventist review.jpg1999, j’entame après une année de réflexion mes recherches sur l’Eglise Adventiste. Je travaillais comme veilleur de nuit dans un hôtel. Toutes mes demandes de bourses n’eurent que des réponses négatives. Tout le monde me disait une seule chose : pourquoi aller subventionner une étude sur un groupe religieux inconnu ? L’équation était simple : pas d’argent = pas de recherche. Mais une solution pointait du nez.

    Lire la suite

  • Chantiers 2009

    2009.jpgLoin d’une simple convenance : BONNE ANNEE. Souhaitons-nous déjà de nous souhaiter ce qui doit l’être en se posant des objectifs réalisables.Surchargé, je vous néglige. Je ferai mieux rassurez-vous. Quels sont les premiers sujets sur lesquels nous viendrons en ce début d’année. Je vous parlerai des ponts relationnels possibles entre l’Eglise Adventiste et l’Islam à partir de ma propre expérience comme responsable, sous la responsabilité de Régis Dericquebourg, au sein de l’Institut Avicenne des Sciences Humaines durant 2 ans. Peut-être que cela fera écho à la rencontre du même type organisée à Collonges. Je rappelle que l’Institut privée Avicenne avait pour objectif de donner une formation supérieure en théologie, droit et sciences-humaines sur le monde musulman. Je dis « avait » car l’IASH est à ce jour un vaste échec (peut-être nous y reviendrons).
    Nous parlerons brièvement de la Revue Adventiste. Chandler vous a déjà proposé un développement. Mais comme j’ai partiellement travaillé sur des sommaires de la Revue durant quelques mois je vous parlerai d’un échec fort intéressant que j’ai eu en voulant analyser les Revues Adventistes.

    Lire la suite

  • Noël chez les adventistes (JL Chandler)

    Noel01.jpgLe 1er janvier 1884, une assistance est réunie dans une salle du collège adventiste d’Healdsburg en Californie durant « l’école du sabbat », un moment habituellement réservé à l’étude de la Bible par petits groupes. La salle est soigneusement décorée avec des fleurs, des gerbes de cyprès, des sapins et des feuilles d’automne. Une grande cloche en sapin est suspendue à une arche à la porte d’entrée. Un arbre est chargé de cadeaux (des dons monétaires) destinés aux pauvres. Durant la distribution des dons, on lit des textes bibliques et des pensées à méditer. Après le service, quelques personnes s’approchent d’une petite dame âgée de 58 ans. Ils lui posent la question : « Sœur White, que pensez-vous de cela ? Est-ce en harmonie avec notre foi ? » Ellen White ne trouve rien à redire. « C’est en harmonie avec ma foi », dit-elle.

     

    Lire la suite

  • La création de la Revue adventiste (JL Chandler)

    revie.jpg Avant 1850, les adventistes n’ont nullement l’intention, et ne tentent jamais, d’évangéliser des incroyants. Cette surprenante attitude s’explique par leur croyance de « la théorie de la porte fermée ». Ils pensent (y compris Ellen White) que le temps de la miséricorde divine s’est achevé en octobre 1844, un peu comme lorsque Dieu ferma la porte de l’arche de Noé sur les antédiluviens. On ne peut plus rien faire pour ceux qui ont rejeté le message du retour du Christ (qu’ils acceptent sans assigner une date). Quand les adventistes parviennent à l’unité doctrinale au cours des conférences du sabbat (1848-1850), ils cherchent seulement à rallier les millérites à leur cause. En total contraste avec cette compréhension des choses, Ellen White reçoit une vision – déterminante dans l’évolution de l’adventisme – qui révèle que la proclamation de leur message sera mondiale. Mais ils ne comprennent pas ce qu’elle veut dire.

    Lire la suite

  • « Les Eglises Evangéliques ne connaissent pas la crise »

    wall street.jpgLe titre est celui d'un excellent article de courrier international. Il fait et refait un lien intéressant entre religion et crise économique. Allez le lire sur le site du Courrier International. Il rappelle que les périodes de dérégulation économiques et sociales sont propices à l’engouement pour le fait religieux. Dans ce constat, les églises évangéliques se distinguent. Mais est-ce que cela veut dire que durant ces moments les individus sont plus naïfs ? Certainement pas. Elles sont plus propices à une réorientation du sens. L’essentiel se définit dans le symbolique, le religieux. Dans ce domaine, les communautés évangéliques américaines sont particulièrement performantes car elles font des connexions entre la réalité sociale, le religieux, et les solutions pratiques pour sortir de la crise tout en l’expliquant rationnellement. Allez, lisez l’article du Courrier et revenez ici commenter.

  • Les influences protestantes dans l'adventisme (JL Chandler)

    Culte protestant.jpgDésolé. Beaucoup me demandent de garder le rythme du blog. C’est le moment d’enchainer avec vous, pour vous, les notes historiques de Chandler. Durant quelques jours elles se succéderont autour de divers thèmes. Pour l’instant Jean Luc Chandler vous propose une réflexion autour des liens historiques entre l’adventisme et le protestantisme. Voilà qui débute bien une série de réflexion durant les fêtes de fin d’année.

    Lire la suite

  • Cultive tes talents d’Etienne Séguier. A lire…

    Cultive tes talents.JPGDans une précédente note je relatais ma nouvelle attirance pour le courant chrétien de relation d’aide. J’ai été réticent au début. Maintenant je suis un conquis. Le travail de Jacques (Poujol) n’a pas été sans effet.

    Ce courant chrétien croule toutefois sur une impressionnante production livresque. En effet elle est au carrefour de plusieurs sciences humaines que sont la psychanalyse, la psychologie, la sociopsychologie et de la sociologie. S’ajoute la production théologique qui spécifie le cadre chrétien. Outre ces deux pôles désormais il y a l’émergence des études sur le cerveau avec les neurosciences, dans la continuité des travaux cognitivistes. Pas facile pour le courant chrétien de relation d’aide de faire le tri. Rappelons que ce courant, dynamisé en France par Jacques Poujol ne remplace pas l’apport de la psychanalyse. Il se propose de former des individus à l’écoute, l’accompagnement psychologique pour aider des individus là où les psychosciences établies n’interviennent pas pour plusieurs raisons. Il n’y a donc pas de concurrence entre relation d’aide et psychologie par exemple. On peut même imaginer un travail en concertation un peu comme le gynécologue obstétricien et la sage-femme. Le premier est là pour les cas pathologiques, la seconde fonctionnant sur l’autorité du premier, intervient surtout pour que les parturientes suivies bénéficient d’un accompagnement normal et optimal.

    Le livre d’Etienne Séguier Cultive tes talents doit à ce titre être signalé. Dans la simplicité, assumant l’éthique chrétienne, l’ouvrage est une invitation à ce que nous mobilisions et cultivions des ressources personnelles qui faciliteraient une réussite. Je n’en dirai pas plus car l’auteur a mis en ligne un blog où vous pouvez échanger sur son livre. Découvrez le BLOG CULTIVE TES TALENTS

     

     

    Titre : Cultive tes talents

    Auteur : Etienne Séguier

    Editeur : Desclée De Brouwer

    17 €

     

  • La santé dans l’adventisme : une action ouverte et non du prosélytisme

    sante_01.jpgLa question posée par un journaliste a été la suivante : comment les adventistes arrivent-ils à faire de la santé du prosélytisme ? Surpris par l’orientation de la question, j’ai répondu : « de la même manière que Sœur Emmanuelle et que le HCR » ! Il a compris que je voulais dire que sa question était fausse et qu’en cas de prosélytisme il s’agit d’une conséquence assumée, souhaitée, mais en aucun cas le but premier de l’Eglise Adventiste dans ses activités sanitaires. Sur quoi je m’appuie pour le penser ?

    Lire la suite

  • Soyez les premiers à avoir le nouveau livre sur l’Eglise adventiste.


    Ces protestants que l'on dit adventistes.JPGLe livre Ces protestants que l’on dit adventistes peut être commandé en ligne sur le site de l’éditeur. Sa disponibilité annoncée est d’environ une semaine. Voilà qui vous permettra de cumuler des regards différents et innovants sur l’Eglise Adventiste. Cliquez sur cette phrase ou l'image pour y aller directement.

    A télécharger le sommaire du livre en sous ce lien : SOMMAIRE EN PDF

     

  • Sortie prochaine : Ces protestants que l'on dit adventistes

    Ces protestants que l'on dit adventistes.JPGLa sortie de l'ouvrage "Ces protestants que l'on dit adventistes" est imminente. En avant première vous pouvez voir la couverture. Voilà qui me conduit à remercier Jean Luc Rolland pour les photos et surtout Frédéric Leduc pour l’investissement personnel. L’ouvrage semble attendu par nombres de personnes. Evidemment des adventistes, mais surtout d’autres chercheurs et différentes institutions. De mon point de vue les contributions que le livre renferme permettent de développer une analyse de l'Eglise qui est à bonne distance de celle-ci. La pluralité des participants avec leur sensibilité entraînera des débats. Mais sur l'essentiel j'espère qu'il s'agit d’un ouvrage majeur à base scientifique sur l’adventisme, qui aboutira à mieux appréhender cette Eglise (SDA).

    Lire la suite

  • De retour

    Non, ce n'était pas les vacances, mais une dense activité m'a empêché d'échanger avec vous. Désolé pour ce long silence. Dès demain je corrige cela en vous publiant des notes déjà préparées. La première consistera en la rapide présentation du livre "Ces protestants que l'on dit adventistes". A demain.