Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ben Carson fait du révisionnisme en comparant migrants et esclaves.

Les politologues ont résumé le vote et l’adhésion à Donald Trump par un électorat blanc principalement. La présence de Ben Carson, adventiste, Ministre du logement, a beaucoup interrogé. Au sein de l’Église adventiste du septième jour dont Ben Carson est membre, les critiques furent dures. Certains considèrent que ce grand neurologique « devait mieux rester dans les blocs opératoires ». Mais pour d’autres, sa présence auprès de Trump devrait orienter la politique de la Maison Blanche vers les valeurs protestantes. Mais, dès la campagne Carson a pris des positions extrêmes. Que ce soit sur l’avortement, l’Obamacare ou la politique internationale, Carson a été beaucoup plus virulent que Donald Trump. Ainsi concernant l’Obamacare il indiquait que « c’est la pire merde qui est arrivée depuis l’esclavage » ! Sa dernière sortie sur l’esclavage ne manque pas de faire réagir.

Rappelons que Carson a déclaré que :

Je pense à ces migrants qui sont venus ici dans les cales des bateaux et qui étaient prêts à travailler dur pour pas grand-chose. Eux aussi avaient un rêve, qu’un jour leurs fils trouveraient la prospérité et le bonheur sur cette terre.


REDECOUVREZ LA RELIGION DE BEN CARSON


Ben Carson rajoute dans un cynisme, face à la réalité de l’histoire, qu’esclaves et migrants sont venus aux USA pour construire le rêve américain. Précisemment, USA Today rapporte les mots de Carson :

But they too had a dream that one day their sons, daughters, grandsons, granddaughters, great-grandsons, great-granddaughters, might pursue prosperity and happiness in this land.

La honteuse comparaison entre l’esclavage et la migration a entraîné une juste volée de bois verts par les médias américains. Les stars américaines ont réagit. Whoopi Golbert recommande à Carson de revisionner la mini série des années 80 « Roots ».
Ce qui a aussi choqué est la réaction de Carson qui dans une verve trumpienne accuse les médias de manipulation. 


L’ARTICLE DU NY TIMES


Mais la déclaration de Trump inquiète au sein de l’Église adventiste du septième jour. Même si elle n’a jamais soutenue quelconque candidat à la présidentielle, la SDA sait que son nom est souvent associé à Ben Carson. Si aux USA où la religion est omniprésente la démarcation entre un individu et son groupe religieux d’appartenance est évident, des retombées négatives peuvent survenir dans les communautés et pays noirs où l’adventisme réalise une forte croissance. Elle ne manque pas d'introduire des questionnements dans les zones géographiques où des adventistes afrodescedants reposent le lien d'identification à leur église au regard de l'histoire de l'esclavage. Tel est le cas aux Antilles françaises ou au Brésile. Plus généralement au sein de l'Eglise adventiste du septième jour les critiques contre Carson ne se dissimulent plus et s'expriment ouvertement. Mais il est à parier que la capacité de recul qu'ont les individus permettra une bonne distance avec Carson. 

La nouvelle déclaration de Carson commence à entraîner un rejet dans le monde protestant américain et aux Antilles françaises où les adventistes sont historiquement forts. Ben Carson commence à faire aversion contre lui. Par contre l’électorat de Trump voit en Carson la confirmation des idées du nouveau Président américain. Sa présence et son discours contre les immigrés forment un prétexte pour une conscience antiraciste de Trump. Indiscutablement, cette conscience s’effrite  auprès du public depuis la comparaison entre migrants et esclaves.

Commentaires

  • Attention aux infos manipulatrices (ou caricaturales) sur Ben Carson. Pour les médias français, à part Trump et Rubio (un catholique), tous les candidats républicains étaient forcément des "ultraconservateurs" (évangéliques).
    Par example, Carson a très précisément déclaré : "Obamacare est, je le pense vraiment, la pire chose qui soit arrivée à cette nation depuis l'esclavage." Phrase maladroite, malheureusement sortie de son contexte. En effet, Obama mentit aux américains quand il promit de leur laisser la liberté de choix entre avoir, ou ne pas avoir d'assurance médicale, ou de garder leur ancienne assurance. Mais au final, tout le monde se trouva forcé d'adhérer à l'Obamacare (plutôt chère - il faut souvent payer plusieurs centaines de dollars de cotisation par mois), sous peine d'être pénalisé. Carson compara donc cette obligation à une forme d'esclavage - surtout pour les plus pauvres.
    Carson est très populaire et apprécié aux Etats-Unis pour sa courtoisie et son amabilité. Mais il fait preuve d'un peu de naïveté, et quelquefois de maladresse dans ses déclarations. Il s'est excusé au cours de la même journée pour l'emploi du mot "migrants" au sujet des esclaves, qui était inapproprié pour ce qu'il voulait dire.
    Dure leçon : il doit faire très attention à son langage.

Les commentaires sont fermés.