01.06.2006

Jean Séguy, « Les ordres religieux "adventistes" du catholicisme », in Christianisme et prophétisme. Actes du colloque de la Faculté adventiste de théologie. 1-3 Mai 2003. Collonges-sous-Salèves, 2006

J’ai pris lecture depuis déjà des semaines d’un étonnant article de Jean Séguy, que son élève, Régis Dericquebourg, que je remercie ici, m’a fait prendre connaissance. Je ne résumerai pas cet article qui est déjà un condensé de la prodigieuse pensée de Séguy, qui d’ailleurs en serait certainement altérée. J’insiste juste sur une invitation de ce dernier.


Le terme adventiste doit être perçu comme dynamique. Il est associé à l’advent, le retour du Christ. De fait, c’est en référence à cette expérience que le nom de « Eglise Adventiste » se réfère. Mais ce terme est évidemment une tautologie d’un prima du christianisme primitif. Séguy note à cet effet que dans le catholicisme des « groupements de vie consacrée (ordres, congrégations, sociétés de prêtes et autres) » sont des ordres adventistes. L’auteur indique que par construction, qu'« il existe – en terrain catholique comme en domaine protestant – des groupes partageant ce qui saint Vincent Ferrier (1340-1419), dominicain médiéval, désignait à son époque comme un "désir impatient de l’advenue (adventus) des temps de la fin » (p. 82). Historiquement Joachim de Flore en est une figure importante (Je ne peux que renvoyer ici à l’article).
Séguy en fin d’article invite à faire une véritable sociohistoire des groupes chrétiens de l’attente dans le cadre du catholicisme moderne (p. 112). Une telle perspective, qui concerne des groupes mineurs au sein du catholicisme, peut être perçue comme une véritable contribution à la sociologie de l’attente que Desroche Henri (+) a toujours appelé de ses vœux et que son collègue, Jean Séguy, permet d’avoir un éclairage nouveau, même s’il ne reprend pas l’expression de Desroche. De plus la contribution de cette invitation dans la compréhension des groupes religieux minoritaires, dont l’adventisme, mais aussi les groupes évangéliques, est évidente. Comprendre les formes des charismes historiques au formes d’expression, en passant par la place du prophétisme ou encore les liens avec la société globale, passe par répondre à l’invitation de Séguy pour une sociohistoire d'organisation structurées autour de représentations de la parousie. Ce n’est pas par hasard qu’elle est issue de Jean Séguy, dont les chercheurs travaillant sur l’adventisme ne peuvent que se référer.

Pour plus d'information sur les actes du colloque, Christianisme et prophétisme : http://crew.hautetfort.com/

Les commentaires sont fermés.