Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : religion de la santé

  • Sexe, sexualité et religions aux Antilles (II)

    Noir-qui-se-marche-sur-le-sexe.jpgLe documentaire de Pascal Bensoussan « La fièvre tout le temps. Une petite histoire des relations sexuelles aux Antilles » est un 52 minutes qui zoom sur la place de la sexualité aux Antilles. Ce documentaire est avant tout un florilège de stéréotypes. Mais une fois que l'on a dit cela il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Que retenir ?
    Premièrement le rapport à la sexualité est plus décomplexé aux Antilles qu'en France. Je préfère dire cela en ces termes peu négatifs. Le documentaire tente de faire un équilibre entre grivoiseries et analyses socio-historique. Il n'y arrive pas certainement parce que ce point d'équilibre n'existe pas.

    Pepin.jpgErnest Pépin fait une apparition trop courte. Son roman, Le Tango de la haine évoque cette question. Il montre, de manière romanesque, mais tellement exacte, l'effet de l'économie de plantation sur le rapport homme femme. C'est dans ce rapport que tout se construit. L'esclavage avec l'omniprésence de la mort et le « droit de cuissage » du maître va avoir des effets dévastateurs. L'impuissance de l'esclave à protéger femmes et enfants, l'apparition des métisses, l'éventuelle stratégie sexuelle des femmes pour se sortir de l'esclavage, etc. sont des effets du système esclavagiste. Ces derniers vont structurer le rapport homme femme. Se rajoute les idéaux chrétiens qui vont être imposés. Quel mélange ?
    Plus qu'ailleurs, les femmes ont appris à compter premièrement sur elles pour élever leurs enfants. Les hommes ont de leur côté embrassés la logique de performance. Notons tout de suite que cela n'est pas une spécificité antillaise. La singularité est l'approche décomplexée, assumée, qui peut donner l'impression d'une plus grande permissivité.
    sexe banane.jpgMais ce que le documentaire ne signale pas, et là est mon grief, c'est l'évolution du rapport à la sexualité. Les femmes doivent-elles toujours être présentées comme des victimes ? Pas évident. Surtout, nous pouvons parler d'un renversement. Si les comportements perdurent, les femmes ont sans doute pris les choses en mains, doucement et parfois brutalement. Elles ne se laissent plus faire. Elles n'acceptent plus d'être considérées comme des pions. Des femmes qui se laissent faire ? Non, pour la grande part, elles ont pris le dessus! Loin d'être anecdotique cela montre que les choses sont loin d'être tout noir ou tout blanc.
    Sur ce point je tiens à mettre en perspective. Je fais un cours aux étudiants sages-femmes sur les comportements sexuels de français à partir des 3 enquêtes réalisées en France sur cette question. Que constatons ? Principalement que le comportement féminin rejoint celui des hommes. De plus, les femmes comprennent plus facilement la logique masculine. L'inverse est moins exact. Aux Antilles c'est le même phénomène. L'écart entre ce que l'on déclare, et ce que l'on croit peut être grand sur la question du sexe. Surtout concernant les femmes.

    raphael Confiant.jpgUn point de désaccord avec le documentaire est la présentation que fait Raphaël Confiant. Il présente les groupes religieux minoritaires (il dit secte) comme ayant des effets dévastateurs. Puritains, ils insisteraient sur une morale qui renforce l'éthique judéo chrétienne. A mon sens, sur ce point des précisions sont nécessaires. Là je m'écarte de Confiant. Il fait une triple erreur.

    • 1. Ce n'est pas parce que c'est judéo chrétien que c'est obligatoirement mauvais ou incompatible avec le social antillais. Aucune démonstration ne met en évidence que la monogamie et la fidélité étaient incompatibles avec les souhaits des esclaves? On a tellement insisté sur l'esclave différents, parfois polygame, qu'on croit qu'il s'agit d'une vérité universelle et historique.
    • 2. Parler de secte donne l'impression que les membres ou adeptes de ses groupes font ce qu'ils croient. Non, non... scandales, incestes, tromperies, adultères, existent dans les groupes religieux aussi. Ils composent la société et connaissent les mêmes difficultés ou antagonismes.
    • 3. L'éthique religieuse des groupes minoritaires peut être stigmatisée par une société sans être rejetée par elle! Et ben oui. Soyons précis. Quand on demande aux individus s'ils approuvent les exigences de la morale religieuses ils déclarent non, ou en gros c'est ce qui ressort du discours. Par contre, ils trouvent normal et nécessaire cette éthique. Hic, ce n'est pas contradictoire. C'est simplement un constat individuel de l'écart entre une morale idéale et ce qu'ils vivent. Preuve en est, les filles des groupes religieux minoritaires (surtout celles nées dans le groupes et ayant leur réseaux relationnels dans le groupes religieux) sont souvent prisées parce qu'elles représentent une forme «d'incarnation» (j'ai pas trouvé de meilleurs terme) de la morale idéale. Fruit de l'évolution dont nous parlions tout à l'heure, cette image est désormais loin de la réalité.

    A l'avantage de Confiant, remarquons que les groupes religieux introduisent du paradoxe, voire de la tension dans le rapport à la sexualité dans une société qui en a hérité énormément de la période esclavagiste. Et, là Raphaël Confiant a vu juste.

     

    Pascal Blanchard, Zoos humains.jpgUn dernier point, le documentaire n'indique pas que les stéréotypes sur la sexualité dont il fait étalage sont a le fruit d'une idéologie raciste. Le noir a la musique dans la peau, aime le sexe ou est un étalon, reposent avant tout sur une idéologie raciste et non sur des faits ontologiques. Le problème c'est que le discriminé croit qu'il est réellement ce dont il est victime. Il croit maintenant qu'il a la musique naturellement dans la peau, qu'il est naturellement plus attiré par le sexe, etc. Pascal Blanchard, excellent historien qui aborde le racisme et les stéréotypes dont sont victimes les noirs démontrent que c'est dès le XVe siècle que se forgent les stéréotypes sexuels contre les noirs. Y compris ceux qui font l'orgueil des noirs. A méditer

  • La place de la religion dans le Traité de Lisbonne par Sébastien Lherbier Lévy

    e1bf66f6d38c08ad31644e0339855c9a.jpgVous lisez souvent Sociologiser, vous connaissez, ou vous découvrez, l’affection que j’ai pour le site droit des religions. Sébastien Lherbier Lévy, réalise, seul un titanesque travail d’information. En cette nouvelle année 2008, SLL force de nouveau l’admiration en sensibilisant, avec la pédagogie informative qui fait son succès, sur la place de la Religion dans le Traité Constitutionnel que les Etats s’apprêtent à signer. SLL note trois points forts concernant la place de la religion. Il s’agit :

    1. L’héritage religieux de l’Europe

    2. Le statut des Eglises et des organisations non confessionnelles.

    3. Une valeur juridique contraignante conférée à la Charte des droits fondamentaux.

    Lisez rapidement le développement que propose SLL, surtout qu’il a veillé à mettre en annexe le Traité de Lisbonne modifiant le Traité sur l'Union européenne et le Traité instituant la Communauté européenne. Bonne lecture si vous cliquez ICI

  • Sébastien Lherbier Levy dresse un constat du Site Droit des religions

    Les statistiques et constats dressés par Fabrice s’agissant du blog « Sociologiser » ne sont pas très éloignés de ceux du site www.droitdesreligions.net créé en septembre 2006 et dont je m’occupe. Les objectifs de ce site sont multiples, qu’il s’agisse de présenter l’actualité du droit des religions (via la Lettre du droit des religions surtout), de fournir aux visiteurs un fonds documentaire le plus complet possible. Les réactions sont plutôt bonnes.

  • Haïti : l'intérêt de l'implantation de religions à réseaux humanitaire

    Séisme haiti.jpgLa catastrophe qui touche Haïti met en évidence le haut degré de mobilisation des groupes religieux qui ont développés des réseaux humanitaire. En Haïti l’Eglise Adventiste est particulièrement présente avec une forte implication dans l'humanitaire. Christianisme Aujourd’hui rapporte que 25 000 rescapés haïtiens accueillis sur le campus de l'Université adventiste haïtienne et à l'hôpital adventiste L'église adventiste s'active pour aider les rescapés du tremblement de terre en Haïti. Selon l'agence adventiste pour le secours et le développement (ADRA), 25'000 personnes ont trouvé un abri sur le campus de l'Université adventiste haïtienne, ainsi que dans l'hôpital adventiste, qui se trouvent à Carrefour, un quartier de Port-au-Prince.
    ADRA a également distribué près de 13'000 biscuits nutritionnels donnés par le Programme alimentaire mondial de l'ONU dans plusieurs sites de Port-au-Prince. Chaque ration contient assez de nourriture pour cinq jours. Une autre priorité d'ADRA est de fournir de l'eau potable. En collaboration avec Global Medic, l'agence adventiste a mis en place une distribution d'eau pour les 25 000 rescapés qui logent sur le Campus de l'Université.
    Certains le savent peut être, mais les chants d'Haïtiens clamant leur foi dans les médias étaient souvent des chants d'adventistes. En plus de son université l'Eglise Adventiste en Haïti est l'organisation religieuse qui a la plus grande logistique (édition, librairies, écoles...). Touchée aussi par le séïsme l'impact du réseau de solidarité adventiste au travers de l'ADRA démontre l'utilité sociale du religieux dans un pays où l'Etat a peu de moyen. Cela a certainement été compris des médias qui par pudeur n'ont pas à ce jour trop parlés du peuple Haïtien comme d'une population trop influencée par les groupes religieux protestants. Certainement cela va changer.

  • Assasinat d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvroy : le défi sécuritaire pour les religions

     

    L'assassinat d'un prêtre catholique repose la question du rapport des groupes religieux via leur édifice à l'ensemble de la société. Le dilemme pour les organisations religieuses est simple à présenter mais difficile à résorber, même si les églises catholiques sont sous surveillance depuis un an.
    L'éthique de la responsabilité résume selon moi l'action religieuse en particulier dans sa déclinaison protestante. Les communautés protestantes se sentent responsables du salut de leur concitoyens et se sentent obliger de responsabiliser ses derniers pour qu'ils aient une éthique conforme aux exigences divines. Etre responsable et responsabiliser caractérisent l'éthique de responsabilité. Pour cela il est incontournable de développer des actions sociales ouvertes au sens de Max Weber. Laisser les églises accessibles, sans aucun filtre est à ce jour est l'une des conditions essentielles pour l'expression de l'éthique de responsabilité. Les conséquences de cette ouverture permanente étaient plus ou moins désirables. L'accueil de démunis, l'accompagnement de personnes en quête de sens ou encore le désire d'être visité par des décideurs, étaient les seuls conséquences de l'ouverture permanente, sans filtre des lieux. Parfois, sporadiquement il faut gérer des comportements inattendus de réfractaires à la problématique religieuse ou de personnes ayant un litige avec une organisation religieuse. Mais la question de la sécurité des églises n'est plus théorique. Comment rester accessible en ne pouvant plus rester dans l'angélisme de l'ouverture à tous ? Cette question doit désormais tarauder tous les responsables religieux. Aucun a à ce jour opter pour la présence visible d'une sécurité.
    Le paradoxe des paradoxes dans lequel se trouve les groupes religieux demeurent leur lecture des attentats. « Signe des temps préapocalyptique », donc inévitables et qui attestent de la réalité d'une lecture de l'histoire et de l'actualité. De l'autre côté, il faut se protéger désormais de ce signe qui affirme une lecture conception eschatologique.

    L'essence même d'un groupe religieux est le développement d'actions sociales ouvertes. Mais désormais il faut une ouverture contrôlée alors que ce contrôle est déjà une opposition brutale à la missiologie. Le défi religieux est donc grand et repose la question du rapport à la société dans un monde marquée par l'augmentation du risque sécuritaire. En tous les cas dans un monde numérique, où des pokémons traversent la rue, sont virtuellement présents dans des églises réelles, repenser la présence des églises par le monde numérique est l'une des pistes, certainement insuffisante.

     

     

  • Regard médiatique sur la relation entre sexe et religions : la leçon Suisse et le zoom sur l’Eglise Adventiste.

    bccef0547949eff443821b8635062c83.gifLa sexualité, sous son angle de l’éros, du plaisir, est souvent présentée comme opposée à la religion. Les églises seraient des espaces où l’on ne parle pas de sexe. Les positions y seraient figées et les évolutions inexistantes. Encore une fois il s’agit de préconceptions sur le religieux, surtout le religieux minoritaire de type évangélique. En ce sens, il faut saluer l’initiative d’Espace 2 la radio culturelle du réseau de la Radio Suisse Romande. Fabien Hunenberger, journaliste? vient de réaliser une série d’émissions au titre limpide : « Les Eglises et le sexe ». Occasion de voir comment la réputation quasi castratrice des églises s’est construite et surtout, comment celle-ci reste erronée en des points ou, à l’opposé? quelque peu méritée (rire).

  • La dengue aux Antilles: bien plus qu'une question de santé publique

    Dengue moustique.jpgLa dengue est une pathologie très répandue. Fièvre intense, sensation de froid, perte d'appétit, mais surtout des courbatures importantes vous envahissent. Elle est si virulente qu'il arrive de délirer surtout dans le sommeil. La dengue est une atteinte généralement bénigne et en une semaine on est normalement remis. L'épidémie a mis en évidence plusieurs éléments qui mélangent tendancieusement réalités et idées reçues. Elle pose un aspect des problèmes sociaux aux Antilles et est un révélateur de la relation de la France aux Antilles.

    La dengue serait-elle le résultat d'un manque de civisme?

    C'est vrai partiellement. La dengue se véhicule surtout par la femelle du moustique aedes aegypti. Le mode de vie humain donne des conditions idéales pour la reproduction de ce moustique en zone tropicale. Combattre la dengue passe par des attitudes à éviter. Il est ainsi recommander de ne pas offrir à ce moustique des lieux propices à sa reproduction. Tous les accès aux eaux stagnantes doivent lui être fermés. Il s'y reproduirait. Ainsi aujourd'hui, après les messages d'alertes de la grippe A, vous aurez dans plusieurs lieux (aéroport, espaces d'accueils...) des appels à sensibilisation invitant à ne rien laisser trainer dans l'environnement qui permettrait à l'aedes aegypti de proliférer.

    dengue cible.jpgCes messages sont bienvenus. Aux Antilles, vous serez surpris du nombre d'objets qui polluent et permettent à l'eau de stagner et donc aux moustiques de se reproduire. Pneus de voitures, carcasses, récipients abandonnés, etc. Mais à regarder ce n'est qu'un versant du problème. Un plus grand civisme permettrait-il de venir à bout de l'épidémie? Aborder le sujet ainsi c'est ne pas connaître les Antilles. Car on ne peut parler de la dengue uniquement sous le signe de la responsabilisation des populations. Bien qu'elle est nécessaire, elle ne doit cependant pas imputer aux seuls gestes citoyens ou à l'armée appelée en renfort, le pouvoir d'éradiquer la dengue. C'est un discours qui permet aux autorités de se défausser sur les individus. Ce seraient eux les responsables de la situation. On ne peut pas aller en ce sens car c'est nier biens des aspects de la société antillaise.

     

    La dengue est un révélateur

    Il n'y a pas d'étude sur le sujet à ma connaissance, mais depuis plusieurs décennies les populations sont très sensibilisées à ne pas offrir des gîtes à l'ades aegypsi. Les avancées en ce sens sont très importantes, mêmes si elles sont insuffisantes. Et les causes ne sont pas liées uniquement aux moustiques. Les conditions climatiques de la zone tropicale ont imposé une grande vigilance. En raison des cyclones, les individus doivent laisser de moins en moins d'objets dans la nature, car sous les forts vents ils deviennent des projectiles destructeurs. Il y a donc de plus en plus aux Antilles une responsabilisation même si d'énormes efforts doivent encore être réalisés.
    Mais l'aedep aegypsi a bien d'autres endroits pour établir des gîtes pour sa reproduction. Il y a évidemment des cavités naturelles après de fortes pluies. Celles qui posent problèmes résultent de l'activité humaine comme les chantiers. Parmi eux des constructions laissées à l'abandon ou inachevées. Et là les choses sont plus complexes.

    De nombreuses familles entament l'édification d'une habitation avec de faibles moyens. Les constructions durent dans le temps et deviennent de véritables hôtels pour moustiques. L'important aux Antilles quand un logement se construit avec des ressources limitées est d'arriver à «fermer sa maison» pour qu'elle soit habitable et sécurisée. Pas étonnant qu'il y ait beaucoup de maisons recouvertes d'une dalle et qui n'ont pas de toiture. Elle sera une étape finale qui adviendra souvent plus d'une décennie après le début du chantier. Certaines ne disposeront jamais de toiture. Malgré toutes les précautions qu'elle prendra, la famille modeste qui tente de devenir propriétaire ne pourra pas empêcher l'adeps aegypsi de trouver en sa dalle, recouverte d'eau, un refuge pour se reproduire.
    Des foyers, souvent les plus vulnérables économiquement récupèrent l'eau de pluie grâce à des fûts non recouverts. Ces réserves sont des récupérations de pluies. Notons que des systèmes de récupération inaccessibles aux moustiques se diffusent de plus en plus. Mais ils sont trop souvent inadaptés à la vie tropicale et aux cyclones, ce qui est un obstacle majeur à leur développement. En effet ils doivent être parfaitement amovibles, démontables en très peu de temps, ou doivent résister à des vents de plus de 300 km/h. Cela fait un cahier des charges bien trop compliqué pour les récupérateurs d'eau économiquement accessibles, made in china, pour la grande partie de la population.

    carcasse voiture.jpg

    Les contraintes de vie imposent d'être vigilant avec l'eau et d'en avoir en réserve. Il n'est pas rare que le vétuste système de canalisation présent aux Antilles casse et prive la population d'eau courante. Il est donc paradoxalement hygiénique d'avoir des réserves. De plus, en période cyclonique, comme c'est le cas maintenant, les réserves sont les bienvenues car si un ouragan frappe, les chances d'avoir une interruption longue de l'approvisionnement en eau courante sont très élevées. Reste donc à allier la contrainte de vigilance et la prévention face aux moustiques. Plusieurs familles optent pour recouvrir les réservoirs par un système de filtres laissant passer l'eau et pas le moustique. Mais il est partiellement efficace et pose d'autres problèmes d'hygiène.

    La présence de polluants dans la nature propice à être reconvertis en gîtes par le moustique pose le problème du recyclage. Qu'en est-il de cette filière aux Antilles? Décharges à ciel ouvert et le faible retraitement aboutissent à un engorgement de familles face aux détritus. Des initiatives existent et se développent, mais ne sont pas à l'échelle des besoins. Même les discours le plus raisonnables qui invitent à une meilleure consommation pour un recyclage optimisé ne permettent pas de remplacer le manque d'infrastructure.

    Combattre le moustique et la dengue c'est aussi avoir les moyens pour cela. Les laboratoires de recherches présents aux Antilles sont sur ce point insuffisants et trop peu dotés en moyens. Récemment le Député Victorin Lurel a attiré la vigilance du Ministre de l'enseignement supérieur sur ce point. Est-il logique que les laboratoires de recherches en maladies tropicales sont pour les meilleurs dans l'hexagone et non en terre tropicale, aux Antilles?

    Bernard Pons 01.jpgLa dengue est maintenant tellement répandue que l'idée reçue est qu'il faille «laisser le temps passer pour qu'elle disparaisse». L'invitation à consulter un médecin existe, mais l'accès aux soins (ce n'est pas la même chose) n'est pas assez démocratisé. Il y a comme une cassure sociale sur ce point. L'ancien ministre de l'Outre-mer Bernard Pons, retraité de la vie politique et qui s'est installé en Martinique l'a bien compris. Il donne une intervieuw forte intéressante à l'édition martiniquaise du journal France Antilles. Bernard Pons,également médecin retraité note une inégalité des chances dans l'accès aux soins. Lui, l'ancien Ministre se considère comme un privilégié. Il déclare :

    Je suis un privilégié. Parce que je suis médecin, que j'ai des amis médecins ou que je suis un ancien ministre, j'ai été hospitalisé. Les perfusions de chlorure de sodium à 0,9% ont pu donner une amélioration rapide. Mais combien y a-t-il de privilégiés dans mon cas? La plupart du temps, les familles sont livrées à elles-mêmes. Inutile de faire des commentaires. Le témoignage de Bernard Pons est sensible, brutal, et malheureusement exact.

    Bernard Pons appelle à la responsabilisation les décideurs pour doter en moyens les organismes de santé. Il interpelle la Ministre de la santé qui a manqué de réactivité. Elle arrive aux Antilles après le pic épidémiologique. Certains y verrons un hasard. Mais on peut légitimement en douter pour une épidémie qui dure déjà depuis 6 mois, alors qu'habituellement elle est de quelques semaines. Dommage que la notion de précaution prise pour la grippe A n'a pas eu la même légitimité aux Antilles que dans l'hexagone. Ceci ne fait que renforcer un sentiment bien installé aux Antilles et qui connu une poussée lors des grèves de 2009, d'être des citoyens de seconde zone. Mais il faut dire à la "décharge" des ministres de la Santé et de sa collègue de l'Outremer, qu'il est bien mieux de venir aux Antilles en fin d'été après le pic, que lors du grand risque épidémique! Mais surtout la crainte de voir l'hexagone touchée avec le retour de touristes malades pousse à agir enfin. 

     

    Que montrent ces éléments?

    La dengue n'est pas une pathologie sans traitement (dixit le témoignage de l'ancien Ministre et médecin Bernard Pons). Sa prise en charge est d'ordre médicale et écologique. Ces deux aspects révèlent qu'il y a dans le traitement de la dengue une dimension liée aux conditions de vie. Ce versant est peu présenté car il discrédite le discours qui consiste à accuser uniquement les comportements des populations antillaises, même si de nombreux gestes polluant doivent disparaître. Mais le cœur du problème touche aux décisions politiques. C'est de là que les moyens peuvent venir pour avoir:

    1. un système de canalisation démocratisé et performant pour éviter les récupérations peu hygiénique de l'eau,

    2. un accès à l'habitat plus facile pour éviter les impacts sur l'environnement,

    3. une filière de recyclage adaptée,

    4. un accès égalitaire aux soins,

    5. une recherche scientifique en cohérence avec les besoins locaux,

    6. une réaction du ministère de la santé, en phase avec le développement épidémiologique.

     

    L'épidémie de dengue est une parfaite illustration du rapport qu'entretien la France avec les Antilles. Il y a des responsabilités évidentes de l'Etat qui doit donner les moyens d'actions et manifester le même engagement déjà vu dans d'autres épidémies dans l'hexagone. Mais ceci ne doit pourtant pas faire occulter que c'est localement que les bons gestes et les bonnes décisions doivent être pris.

  • 3 nouvelles publications sur les liens entre Religions et Droits de l'Homme - Un regard entre Sciences politiques et soc

    Réveil du religieux Eveil de la Religion, FAbrice Desplan, Dominique KounkouAbsent du blog, je ne suis pas moins actif. Le temps est un luxe qu'il faut prendre. Je le prends pour revenir ici et vous présentez 3 nouveaux textes que je viens de publier sous direction.

    Le premier est un chapitre de l'ouvrage dirigé par Dominique Kounkou Réveil du religieux et Eveil de la société. Il s’intitule Droit européen et stigmatisation religieuse. C'est une contribution qui pose une lecture au travers de canons sociologiques sur les arrêts de la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Souvent la Cours contredit des arrêts très médiatisés. A regardé de près la Cours est très vigilante aux stigmatisations. Elle rejette les arrêts du droit interne qui s'appuient sur une stigmatisation sociale où le religieux est uniquement présenté comme une pathologie, un problème. La CUDH assure ainsi sa fonction protectrice des droits fondamentaux.

    Le mal traitement des hérétiques, Régis Dericquebourg, Fabrice DesplanLe second est un article qqui approche à rebrousse poil la conception géopolitique commune de la place de la religion dans les conflits. Pour cela, je reviens sur les situations postconflictuelles où la religion a permis de reconstruire plus que la justice, mais la paix. Vous trouverez cet article dans l'ouvrage Le (mal) traitement des nouveaux hérétiques dirigé par Régis Dericquebourg sous le titre Le recours au religieux lors de reconstructions nationales. Une reconnaissance implicite de l’universalité des droits

    Ces deux articles sont publiés cette année 2013 chez l'Harmattan.

    Le dernier est chronologiquement le premier et date du début 2013. J'en parle ici car il est un prolongement de Recours au religieux lors de reconstructions nationales. Une reconnaissance implicite de l’universalité des droits. Il est publié dans l'anal de l'AIDLR, Conscience et Liberté. Dans sa dernière livraison intitulé, je reviens dans cette prestigieuse revue fondée par Eléanore Roosveelt (dirigée par des illustres comme René Cassin, Edgard Faure ou encore Léopold Sédar Senghor), sur les liens entre paix et justice après des conflits armés. Je me base sur la notion de justice transitionnelle tel que Pierre Hazan la présente, pour affirmer que le religieux, accompagné de traditions, est souvent le premier et plus pertinent moyen pour retisser des liens sociaux et donc construire la paix, même là où il était utilisé pour attiser la haine.

     fabrice desplan,sciences politiques,justice transitionnelle

  • Sexualité, sexe, religion, famille et société aux Antilles

    Il faut bien un jour aborder la question du sexe dans le cadre la société antillaise. Avant d'aller plus loin, je vous poste ce petit film qui commence à faire le tour du web. En plusieurs aspects il est intéressant. Concernant la religion je dis déjà que je ne partage pas la lecture que R. Confiant propose. Mais pour l'essentiel c'est un documentaire à voir, revoir et à commenter surtout. A la prochaine note je reviendrai sur le lien avec la religion qui est proposé dans le documentaire. Commentez vite, vite ce docu.



     

  • Blog de régis Dericquebourg

    Régis s'est décidé, son blog existe et est accessible à l'adresse www.regis-dericquebourg.com. Pour l'heure il met en ligne différents articles de ce sociologue. Membre statutaire du Groupe, Sociétés, Religions et Laïcités, Régis Dericquebourg travaille sur des thématiques fortes intéressantes. S'il faut s'amuser à prendre des mots pour les résumer je dirai sans ordonner : Religieux minoritaire, santé, ésotérisme, scientologie, jéhovisme, adventisme, mormonisme, ou encore prophétisme féminin.
    La particularité du travail de Dericquebourg est double. Premièrement c'est un héritier fidèle de Jean Séguy. Deuxièmement il est en permanence présent sur le terrain. De fait ces articles ont toujours un encrage très fort dans l'actualité des groupes religieux. Ils conceptualisent le réel dans le vocabulaire des chercheurs dans le respect des complexités des vécus des individus.

    Alors bonne découverte de ce site qui alimentera fort judicieusement la blogosphère de la sociologie du fait religieux.

  • Le défi de la formation continue pour les groupes religieux

    Les groupes religieux ont depuis très longtemps compris l’intérêt de la formation initiale et continue. Elles sont, si je puis dire, dans leur ADN. Réaliser de la formation initiale permet de faire découvrir les fondamentaux. L’exemple le plus marquant est le Heder dans la tradition juive. Regardons bien : les écoles du dimanche, du sabbat, le catéchisme, école coranique, sont des équilibres conceptuels entre formation initiale et continue. Elles inculquent les fondamentaux pour les néophytes et enfants, tout en veillant à complexifier les connaissances des plus aguerris. Les normes et valeurs du groupe sont ainsi partagées. A l’heure de la grande mutation des modes d’apprentissage et de transmission pour répondre à l’évolution rapide et dense des exigences, la formation continue doit se penser s'adapter aux organisations religieuses et éthiques. C’est un défi majeur qu’il faut relever.

    Eglise, ecclésiologie, management, groupe, formation, formation continue, Eglise, Eglise adventiste du septième jour, Eglise protestante, Agapé, Cercle philosophique, Ethique, Santé, Outre les espaces dédiés, les communautés religieuses réalisent la transmission des normes et valeurs au travers de toutes les rencontres, discours, échanges, relations au sein du groupe. C’est cette multiplication qui permet, comme le note Peter Berger et Thomas Luckmann, une "resocialisation", une recomposition de l’identité vers de nouveaux repères, voire une alternation. La communauté devient ainsi une structure de plausibilité. Elle rend réaliste, par l’intensité permanente de la transmission des normes et valeurs, leur acquisition et acceptation.

    En ce qui concerne la formation continue elle a pour moi deux versants. Le premier est sujet à débat. Il s’agit encore une fois de la structure de plausibilité. Elle vise aussi à renforcer, complexifier les acquis de tous les membres de la communauté et cela en permanence. D’où l’idée de formation continue. On retrouve, avec un parallèle maladroit la thématique paulienne de la croissance du savoir notamment avec la métaphore de l’abandon de l’alimentation nécessaire et facile, le lait, pour des aliments plus complexes, des connaissances plus dures, mais nécessaires au moment opportun (1. Corinthiens 3:2). L’acquisition des fondamentaux et la vérification de leur maitrise sont aussi omniprésentes dans les espaces de formation. Cela peut donner parfois l’impression d’une répétition bien connue des pédagogues. Ici on peut encore retrouver la métaphore biblique du lait sous la plume de Pierre (1 Pierre 2:2) et plus globalement l’approche vertueuse développée par le Christ de la symbolique d’une posture de enfantine face au savoir. Si je prends l’exemple de l’école du sabbat adventiste, la catéchèse vise à permettre une découverte des notions pour les néophytes et les enfants, tout en répondant aux attentes des plus anciens. D’ailleurs dans ce cadre, il est très intéressant de remarquer comment de manière non évidente le silence des apprenants est aussi utilisé pour qu’ils adoptent les valeurs, mais surtout les normes comportementales et la compréhension des règles bureaucratiques de l’organisation. Cela fait penser à des cercles réflexifs où officiellement le silence cette fois est imposé aux apprenants avant de passer des grades et pouvoir s'exprimer.

    Eglise, ecclésiologie, management, groupe, formation, formation continue, Eglise, Eglise adventiste du septième jour, Eglise protestante, Agapé, Cercle philosophique, Ethique, Santé, Dans sa forme plus conventionnelle la formation continue est organisée par les réseaux comme les Instituts, écoles et universités. Elle vise à former des laïcs qui souhaitent un haut niveau de conceptualisation. C’est de cette filière que sont issus les cadres religieux. Ce réseau réalise donc une formation initiale scolaire classique mais aussi cette fameuse formation continue qui vise à adapter en permanence les connaissances aux évolutions des exigences sociétales.

    La formation continue dans un groupe religieux doit donc intégrer toujours deux niveaux. Celui des membres qui y attendent une simple densification du savoir, et celui des cadres religieux qui ont besoin en plus de la densification une opérabilité, un praxéologie, visant à organiser la vie ecclésiale dans un contexte législatif contraint.

    En plus du cadre des Instituts et universités, il apparaît que la formation continue doit aujourd’hui se frotter, s’enrichir d’apports venant d’une hybridation entre connaissances académiques et réalité pratiques vécues. J’entends par là un mariage entre expertise scientifique, savoir expérientielle des acteurs religieux et des expertises venant d’acteurs reconnues dans des domaines variées. Faire croiser des savoirs pour construire des connaissances transversales est un défi et une mutation nécessaire dans la formation continue des cadres religieux. Il y a une hypertrophie des attentes sociales vis-à-vis des cadres religieux. Si je prends l’exemple des pasteurs, les communautés attendent d’eux une expertise théologique, des capacités pédagogiques, des actions de leadership, des compétences managériales, des approches psychologiques, des applications ergonomiques, des aptitudes de gestionnaires… tout cela dans une société qui impose un cadre législatif mouvant. S’ajoute également les mouvements de font de la société dans laquelle est établi le groupe. Aucune communauté ne peut par exemple s’exonérer d’une réflexion sur la place de la femme, la maltraitance psychologique, la surutilisation de la notion de bienveillance, des attentes générationnelles, de l’impact de l’Intelligence Artificielle, des mutations survenues avec la Covid-19, des capacités à construire une cohésion, etc.

    Cabinet de conseils, Eglise, ecclésiologie, management, groupe, formation, formation continue, Eglise, Eglise adventiste du septième jour, Eglise protestante, Agapé, Cercle philosophique, Ethique, Santé, formation continueLa réponse à ses questions est au croisement des savoirs d’experts issus des Instituts, universités et écoles spécialisées avec l’expérience d’acteurs de terrain qui dans d’autres situations répondent aux mêmes défis. Un cadre religieux qui dans un seul espace rencontre des leaders du sport, du monde de l’entreprise, des ingénieurs, des sociologues, des coachs, des juristes, autour d’une unique question est selon moi une forme à venir de la formation continue des cadres religieux dans une société sécularisée. Et cela, pas devant un tableau, mais dans un cadre non hiérarchisé pour la co-construction de démarches efficientes. Cette connaissance efficiente est donc le résultat d’une transversalité.

  • SAEXFO: Un cabinet qui ambitionne de former et conseiller aussi les cadres religieux

    En 2022, après plusieurs échanges j’ai impulsé la création d’un cabinet qui en plus d'actions pour les professionnels de santé, propose des réponses pour accompagner les cadres religieux pour qu’ils soient plus outillés dans ce monde en mutations. Nous, sociologues, spécialistes du management, coachs... disposons de beaucoup de données sur les cadres. Pourquoi ne seraient-ils pas à leur disposition ? Vous le savez, je pense que les données recueillies et les analyses faites sont aussi, éthiquement, la propriété de ceux qui les font exister quotidiennement. En créant le Cabinet de formations et de conseils, SAEXFO, j’ai pris le parti de créer un espace dynamique pour que les questions religieuses et éthiques soient au centre des actions professionnelles. Concernant les cadres religieux, l’ambition est de leur mettre à disposition des actions de formations et du Conseils enfin pensés pour eux, encore une fois, aux côtés des autres espaces académiques dont ils disposent. La valeur ajoutée de SAEXFO est de transformer le savoir en des actions managériales quotidiennes où l’éthique est au centre pour les acteurs religieux. Pasteurs, diacres, clercs… simples membres y trouveront des supports, loin de la zone de confort, pour asseoir avec expertise la vie ecclésiale.

    NOTRE BROCHURE

    Comment cela se réalise au sein de SAEXFO ?
    saexfo,éthique,formation,groupes religieux minoritaires,pasteur,diacre,ecclésiologie,management,formation continue,succèsSimplement par des temps de formation mêlant une transmission, des analyses et surtout des ateliers managériaux de simulation de gestion ecclésiale avec coach certifié, Très Haut Cadre dirigeant, sociologue, psychologue, chefs d’entreprises, tous sensibles aux objectifs des organisations ecclésiales. Ces temps permettent la co-construction d’un savoir et d’une expertise à partir de situations concrètes expérimentées ou anticipées.

    Des compétences existantes à valoriser et renforcer
    Après un entretien sociologique, un chef d’une entreprise commerciale me dit qu’il est très ouvert à embaucher des pasteurs ou des communicants religieux. Je lui demande d’où vient cet attrait. Il m’indique sans détour :

    Des gens qui peuvent toutes les semaines organiser des cérémonies au millimètre, enseigner, faire passer des messages surprenants, avoir l’adhésion d’un groupe, stimuler, se plier à la législation, se faire connaître à contrecourant, exister et grandir malgré les quolibets… avec des gens comme cela, qui font ce qu’ils croient et croient en ce qu’ils font, mon chiffre d’affaires va exploser. En plus je peux partir sachant que les choses avanceront en mon absence.

    Direct, arriviste, mercantile… nous pouvons à première vue avoir des qualificatifs négatifs sur ce chef d’entreprise. Mais à regarder de plus près, qu’a-t-il dit d’illogique ? Rien.
    Lorsqu’il était aux USA Max Weber raconte qu’il suffisait, dans la première partie du XXe siècle dire, «je suis de l’Eglise d’en face» pour qu’un commerçant soit rassuré de la qualité morale de son client ou partenaire financier. Cette phrase ressemble à la carte de crédit d'aujourd'hui! Indiscutablement, être un individu engagé dans un groupe religieux renforce souvent une représentation sociale positive qui a des effets sur le monde du travail. Les cadres religieux, comme les pasteurs, sont des individus qui ont des compétences extrêmement variées. Les équipes administratives des Eglises et Fédérations sont à l’intersection de plusieurs exigences réglementaires en évolutions. Pourtant, administratifs et pasteurs ne semblent pas se rendre compte du haut niveau de compétences, d’adaptations et de performances qu’ils ont.

    L'éthique comme la pierre angulaire des compétences.
    EquipeEn créant des espaces de renforcement, SAEXFO permet aux les cadres et administratifs de côtoyer le quotidien professionnel d’autres acteurs, autour d’activités précises. Une expertise par similitude de situations se construit. Le religieux verra que son éthique, sa foi spécifie son action, sa mission. Et, les astuces que connaissent d’autres réalités sont des sources d’enrichissement pour les communautés dont il a la charge.
    En intégrant la croyance, la foi et l’éthique des religieux SAEXFO construit ainsi sur mesure des ateliers managériaux pour renforcer le management ecclésiale, les actions et les projets des communautés. Edifier un Cabinet de Conseils et de Formations où l’éthique est au centre est souvent vu comme une folie. Mais je crois que cette réponse osée qui risque dans un temps d’attirer au mieux la surprise au pire la défiance est un outil pour les dirigeants d’organisations où l’éthique est au centre. A vous donc d’en faire une valeur ajoutée au quotidien.

    Faire face à la méfiance.
    jacob-bentzinger-Yv-2G04sKD8-unsplash.jpgSur le papier les idées sont excellentes. Mais je sais qu'il faudra surmonter la méfiance des acteurs du religieux qui craignent parfois toutes les sources de compétences non issues de leur rang. Mais dans un monde où les compétences sont multiples, il est indéniable qu'un tournant doit être franchis dans l'acquisition des compétences. Et comme dit la devise de ma ville de naissance Res non verba, des faits non des paroles. C'est donc à l'usage (à leurs fruits pour parodier le texte biblique) que les organisations et groupes verront l'utilité d'avoir des compétences à la point du management religieux dans une société où ils sont des acteurs.

    Plus d'info sur demande : contact@saexfo.com

     

    Suivez nous :

    saexfo,éthique,formation,groupes religieux minoritaires,pasteur,diacre,ecclésiologie,management,formation continue,succès saexfo,éthique,formation,groupes religieux minoritaires,pasteur,diacre,ecclésiologie,management,formation continue,succès      

  • L'adventisme dans le rapport de la MIVILUDES (II)

    miviludes 2011,rapport miviludes 2011,sectes apocalyptiques,télécharger le rapport contre les sectes,télécharger le rapport miviludes,eglise adventiste,secte,2012 fin du monde,adventisme,fin des tempsA peine avoir terminé la rapide note sur la place de l'Eglise adventiste dans le rapport de la Miviludes que je suis de nouveaux questionné sur l'Eglise adventiste de tout bord. Les dirigeants adventistes vont-ils être encore susceptible et tordre mes déclarations à des fins insondables ? (Oui je fais beaucoup d'allusions à la manipulation de mes propos par l'Eglise adventiste). Je croyais être clair mais la question m'est posée par mail de façon redondante : donc je n'étais pas limpide que cela !
    Non. Il est incongru que l'Eglise adventiste soit dans ce rapport car elle ne planifie pas la fin du monde pour la fin 2012. Notez que la Miviludes s'en sort en parlant de l'adventisme et sans nommer l'Eglise adventiste. Elle a un discours millénariste sur la fin des temps comme une multitude d'organisations protestantes mais ne prône pas la destruction de ce dernier. Elle laisse cette fin à l'initiative du messie (je suis très imprécis pour faire vite). Mais là où la surprise de trouver l'Eglise adventiste est plus grande c'est en raison du deuxième thème du rapport que sont les thérapies alternatives.

    L'Eglise adventiste peut entre autre être considérée comme une "religion de la santé" en référence à une typification de cette dernière que j'ai élaborée et qui est maintenant largement acceptée par les spécialistes. Religion dynamique dans les sciences médicales les adventistes favorisent la recherche médicales, le savoir scientifique, l'innovation thérapeutique, etc. Parmi les domaines où des médecins et chercheurs adventistes excellent il y a les thérapies médicales sur le cancer. Avec ces hôpitaux, centraux dans son système de soin, l'Eglise adventiste est de loin l'une des structures religieuses les plus en pointes sur la recherche médicale. Alors trouver, indirectement, cette église dans un rapport sur les mouvements apocalyptiques et les thérapies fallacieuses à bases religieuses est une double surprise.

     

  • Fake News en adventisme sabbatiste (IV). La perte de vitesse de la rationalité.

    Fake NewsDepuis Max Weber nous savons que le religieux est un espace d’expression de la rationalité. Le religieux anime la rationalité par des actes et des croyances dont la finalité est l’obtention du salut. On peut bien parler de rationalité car les actions sont construites logiquement, se légitiment par expérimentation et laissent la place à une évaluation. Plus que le bien fondé qui n’intéresse pas le sociologue il y a la structure de penser et d’agir.
    Il est indéniable que dans l’offre religieuse, l’Eglise adventiste du septième jour se démarque encore, même s’il y a là une perte de vitesse, par des actes rationnels. Surprenant pour certains, mais empiriquement vrai, l’Eglise adventiste du septième jour offre un équilibre entre rationalité scientifique et quête du salut. Le développement en son sein d’actions de préventions sanitaires par des professionnels de santé ou encore l’engouement pour le développement de la sont des exemples probants. Cela fait écho à l’histoire adventiste où le déisme scientifique a été un levier majeur de Miller à aujourd’hui.

    FAke NewsCe cadre a été longtemps un rempart contre les fausses informations vérifiables. Des communautés locales avaient un protocole strict de vérification des contenus des discours des individus qui avaient une responsabilité dans le groupe. Il est vrai que l’objet était avant tout de vérifier la compatibilité entre ce qui serait dit et les croyances officielles adventistes. De plus, pour grand défaut, ces protocoles empêchaient une flexibilité, une adaptation face à la rapidité des questions sociales. Mais, le glissement vers des expressions émotionnelles marque un retournement. Je l’ai déjà indiqué en notant que l’évolution de la structure même du programme adventiste le sabbat illustre ce glissement où la rationalité perd de sa place.

    Lors d’une observation de terrain il y a quelques mois, j’écoutais dans une communauté adventiste une responsable de l’enseignement des enfants raconter une histoire. Visiblement plus que l’histoire, c’est l’envie de convaincre les enfants et l’assemblée qui prévalait. En effet, la conteuse relata (si ma mémoire est bonne au Brésil) qu’un lion élevé en captivité avait préféré se détourner du lait et d’aliment carné et opter pour des légumes. Preuve était faite selon elle du bien fondé du régime alimentaire végétalien et des positions adventistes sur l’hygiène alimentaire. Vous devez penser que je caricature. Ben non. Heureusement que je prends des notes !

    Ce qui m’a surpris, c’est que cela se déroulait dans une ville qui est un pôle universitaire avec des facultés de médecine et de vétérinaire ! Evidemment la légèreté de la démonstration fait rire, mais elle fut diffusée. Pire, non remis en cause et exprimée devant toute une assemblée.

    Que montre cela ? L’absence de rigueur minimale dans l’enseignement a fait passer l’objectif de l’enseignement au détriment de la démonstration. Et là est un ressort des Fake News. Peu importe les moyens, la fin est la priorité. Et d’ailleurs, plus c’est gros, plus cela passe (au moins en apparence).

    Fake NewsEn devenant de moins en moins exigeante sur le fond et la forme de son enseignement, la SDA laisse entrer les jalons, les repères cognitifs qui par la suite seront des booster de fake news. L’allongement de la durée des programmes et la place de plus en plus grandes aux convocations émotionnelles font de l’adventisme dans certaines communautés (je pense que le phénomène se généralise) une religion qui perd une de ses valeurs ajoutées à savoir un discours religieux dont la construction se cimentait rationnellement. Finalement, de plus en plus de discours et de situations qui se développent dans l’Eglise adventiste du septième jour confirment ce que savent les sociologues depuis longtemps : un groupe religieux est surtout un groupe religieux parce que social, c’est-à-dire qui connait les mêmes réalités et problèmes que l’ensemble de la société.

  • Petite brève sur plus de 160 ans de présence adventiste dans la presse française.

    Archives, Presse, Eglise adventiste du septième jour

    L'Eglise adventiste du septième jour apparaît dans la presse dès le XIXe siècle en France. En 1852 dans le journal catholique L'ami de la religion du Roi, journal de revue ecclésiale (1814-1862), Henry de Courcy présente la SDA comme une secte qui remporte la palme du produit le plus honteux du protestantisme (p. 504).

    Les journaux Le temps (Numéro 6590 du 7 mai 1879) et Le Gaulois (numéro 3298 du 9 septembre 1891) relatent l'installation de l'Eglise adventiste du septième jour en notant la modernité des stratégies de communication adventistes. Les tentes adventistes qui hébergent le public, le professionnalisme de l’installation, la capacité à communiquer étonnent. Globalement, la presse note l'insistance adventiste à observer le samedi comme jour de repos. Cet attrait « exotique » de la SDA attire l’attention.

    Les journaux soulignaient le refus d'adventistes de participer aux activités militaires le samedi malgré des condamnations de tribunaux. Juste avant la Grande guerre, La Croix relate une condamnation en Allemagne d’un adventiste objecteur de conscience. (La Croix, 8532 13-01-1911, La Croix, 9509 du 15-03-1914, Le Journal 7789 du 23/01/1914, Paris-soir 4600, du 29/01/1936…). Ceci permet de souligner que Desmond Doss rendu célèbre dans le film de Mel Gibson Tu ne tueras point (2016) n’était pas l’unique adventiste ayant du subir des brimades au sein d’une armée lors de conflits mondiaux. Ce fut également le cas pour maintes de jéhovistes.

    Le quotidien parisien Le Matin (1884-1944) dans son édition du lundi 4 février 1895, reprend dans une brève intitulée « Suprématie de la loi civile » la confirmation en appel, par le Conseil Fédéral Suisse, à des amendes les adventistes qui refusent de scolariser le samedi leurs enfants. Le Matin décrit en 1930 le baptême par immersion pratiqué par les adventistes. Cet autre « exotisme » adventiste fait plus que surprendre. Le journal le qualifie de « pittoresque ». Le Parisien dans une tentative d’analyse du rite baptismal par immersion indique l'étrangeté de l'immersion en notant toutefois qu'il s'agit d'une pratique répandue bien que globalement inconnue en France (Le Parisien 12030, 6/10/1909).

    La SDA est donc initialement décrite dans la presse comme une secte en tension avec la société globale. Des journaux y voient une pratique américaine surgeon du fondamentalisme religieux. Cette image va persister mais sera enrichie par un adventisme qui répond à des attentes sociales. En effet, la SDA a été plus récemment présentée dans les médias en France au travers de ses actions sociales (ADRA), sa maison de retraite, ses manifestations culturelles et cultuelles, ses participations à des activités interconfessionnelles. Ses responsables participent à l'émission Présence protestante de la FPF et des radio confessionnelles chrétiennes. La perception de l'adventisme dans les médias français a toutefois souffert d'un fait-divers en 2011 où des individus se réclamant de le SDA furent interpellés puis condamnés en 2014 pour des faits de torture par exorcisme. Cependant l'image de l'adventisme semble rester discrète et positive.
    A l'échelle internationale, la présence du célèbre neurochirurgien adventiste Ben Carson et de Ted Cruz, sénateur (époux de Heidi Cruz femme adventiste), face à Donald Trump pour les primaires républicaines aux USA en 2016 a remis la SDA en avant plan, sans pour autant changer sa perception en France (Fabrice Desplan, 2016).

    L'intérêt adventiste pour la santé a été très souvent souligné par la presse. Reprenant l'étude Adventist Health Study 2, la revue Sciences et vie1 indique que l'espérance de vie des végétariens est supérieure de 10ans par rapport aux individus ayant un régime carné. En juin 2013, le journal Le Monde2 remarquait la centralité de la santé dans le discours adventiste. Le Figaro santé soulignait le 21 juin 2016 que :

    L'un des premiers bénéfices identifié dans une vaste étude scientifique le fut dès 1984, dans l'American Journal of Epidemiology, après vingt années d'observation de plus de 27.000 Californiens membres de l'Église adventiste du septième jour. Des protestants dont l'hygiène de vie recommande le végétarisme ou, à défaut, l'alimentation la moins carnée possible, mais aussi de ne pas boire, ne pas fumer et de faire de l'exercice. Un bon terrain d'étude pour les épidémiologistes qui souhaitaient isoler le paramètre «viande ». Résultat: une mortalité coronarienne (cardiaque) supérieure de 60 % chez les consommateurs quotidiens de viande par rapport à ceux qui en mangent moins d'une fois par semaine.

    Que retenir ? Si vous avez lu le dernier chapitre de mon lire Regards croisés sur l’Église adventiste du septième jour, la SDA reste peu abordé par la presse et reste un objet de curiosité. Cependant depuis son installation en France comme le montre 164 ans de presse écrite, elle est une organisation religieuse qui globalement est décrite comme porteuse de valeurs ajoutées. La santé, l’éducation, l’intérêt porté à la Liberté religieuse et de conscience, sont des arguments non exclusifs rapportés par la presse pour souligner l’originalité, la valeur ajoutée de la SDA.