Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 4

  • Pourquoi inviter Elie Domota à Lille les 30 et 31 octobre?

    Cette question m'est posée plusieurs fois par jour. Et je réponds : Pourquoi ne pas inviter Elie Domota ? Je vous laisse les commentaires de mes interlocuteurs... Je préfère me concentrer à répondre enfin à la question première.

    L'implication militante

    Elie Domota, Lille, Elie Domota est le leader syndical qui a mené la plus longue grève générale dans une terre administrée par des règles dite d'Etat de droit au XXIe siècle. C'est un acteur social au centre du dynamisme antillais. De fait, bien qu'il soit tranché, il est impossible de faire l'économie de son regard sur plusieurs aspects.

    Je n'ai jamais caché des proximités avec des approches d'Elie Domota. Une différence majeure est qu'il est acteur syndical et moi, chercheur. Alors, lorsque la Communauté des Ivoiriens du Nord Pas de Calais m'a approché par son président, l'auteur Guillaume Opély, pour contacter Elie et le faire venir à Lille, pour échanger sur les grands défis qui rapprochent l'Afrique et les Antilles, j'ai accepté. Si, j'ai du réfléchir à la pertinence de cette demande, quand j'en ai parlé avec Elie, c'était pour lui une évidence.

     

    Un symbole fort dans la nouvelle région Nord-Pas de Calais-Picardie

    Marine Le Pen, Ellie Domota, Nord-Pas de Calais-PicardieLa présence d'Elie Domota dans le Nord, terre que les sondages annoncent dédiée à Marine Le Pen est aussi un symbole fort, un acte de protestation constructif.

    Le Nord-Pas de Calais-Picardie connaît de vigoureux débats sur l'autre, alimentés par l'actualité des migrants à Calais. Organiser une manifestation où des cultures, des traditions peuvent se rencontrer de manière positive est un contre-pied formidable. De plus, le faire avec un leader qui réinterroge le regard que l'Etat a sur les territoires d'Outremer et ses liens avec l'Afrique est plus que pertinent. Il faut rajouter ici qu'aucune structure locale ou nationale, malgré les promesses n'a aidé à ce jour pour la venue d'Elie Domota. Aucune semble vouloir user de cette venue pour marquer son attachement au Nord comme espace du bien vivre ensemble en cette période préélectorale. 

     

    Un cadre : Les défis des liens entre l'Afrique et la Caraïbe

    Hamed Paraiso, Télé Sud

    Plusieurs médias sensible à l'actualité de l'Outremer ont manifesté un intérêt. Télésud avec Hamed Paraiso, Outremer 1er, Télé Antilles, Espace FM, RFi, Radio Campus ont vu l'intérêt de cette venue, surtout avec l'actualité.

    Inviter Elie Domota reste en France un défi. Le réflexe associatif est de se rapprocher des institutions publiques. Hélas, là, les déceptions entre promesses et l'absence de faits sont gigantesques. Sociologue, il m'a paru capital avec Guillaume Opély de nager à contre courant et de mobiliser des dons privés pour faire venir Mr Domota.

    Marine Le Pen, Ellie Domota, Nord-Pas de Calais-Picardie, Outre mer 1er

    Elie Domota interviendra dans le cadre de la 3ème édition de la manifestation VISA POUR LA COTE D'IVOIRE. Dès qu'il faut parler des liens à construire entre l'Afrique et la Caraïbe les crispations sont vives. Cela implique de dépasser les mythes historiques et politiques qui ont construits des représentations, des identités collectives, des déconstructions identitaires et surtout une domination. Dépasser, et ne pas simplement accepter de parler du lien historique entre l'Afrique et les Antilles dans le « ils nous ont vendu » et à l'opposer « ils se sentent plus français, que français », oblige a bouger les lignes. C'est déjà se parler, à soi-même (désolé pour l'insistance) autrement.

    Espace FMPour les caribéens, c'est aller plus loin que les discours construits un temps par la littérature singulièrement, mais aussi par un dense univers intellectuel qui considère d'abord et principalement les caribéens uniquement autour du fait esclavagiste. Il y a donc une critique, une nuance apportée à la créolité. Inviter Elie Domota, dans le cadre des liens avec l'Afrique c'est aussi insister sur le drame du rapt de générations à sa terre natale, l'Afrique. C'est noter qu'il est indispensable d'insister sur la déconstruction qu'a été le système esclavagiste et ses déclinaisons actuelles. C'est noter qu'en amont de l'esclavage, il y avait déjà la vie, l'ingéniosité, les conflits, les larmes, les bonheurs, mais surtout l'autonomie politique et de penser d'êtres humains en Afrique. Dire cela n'est pas faire preuve d'une nostalgie mythique, mais faire preuve de réalité.

    Alors, proposer de réconcilier l'histoire avec la réalité sociale, refaire liens entre Afrique et Caraïbe peut faire peur. Pourtant tout le monde a y gagner car c'est permettre à des peuples de se réapproprier leur histoire, le présent et de construire ce que Désiré Basile Djédjé appelle la mémoire du futur.

     

    Vitaliser la diversité associative.

    Faire venir Elie Domota est aussi l'occasion coaliser des associations qui ont été souvent obligés de fonctionner dans une concurrence organisée par la logique des subventions. Ainsi plus d'une dizaine d'association ont mis la main. Parmi elle, et c'est ma satisfaction, des associations de jeunes caribéens mais aussi de mahorais, de réunionnais, débordant le simple cadre caribéen. S'ajoute également le réseau de Familles Rurales.

     

    Voici une somme de raisons non limitée qui justifie cette venue et fait déjà penser à une nouvelle

  • Elie Domota à Lille les 30 et 31 octobre : Communiqué

    Lille, le 19 octobre 2015

     

    Communiqué de presse

     Ce communiqué tient également lieu d'invitation

     La CINPAC (Communauté Ivoirienne du Nord Pas-de-Calais) et les associations partenaires vous invitent à la 3ème édition de VISA POUR LA COTE D'IVOIRE les 30 et 31 octobre à la salle du Gymnase, place Sébastopol de Lille.

     VISA POUR LA COTE D'IVOIRE fédère plus d'une dizaine d'associations lilloises et du Nord Pas de Calais autour du thème :

    « AFRIQUE-CARAÏBES, Histoire et Perspectives 

    Comment franchir les rivages soupçonneux du « non-dit » et bâtir la « mémoire du futur ».

     

     L'invité d'honneur :

    Le leader syndical Élie DOMOTA qui mena la plus longue grève générale en 2009 est l'invité d'honneur. Il répond à l'invitation de Guillaume OPELY GADJI, président de la CINPAC (Communauté Ivoirienne du Nord Pas de Calais), d'associations antillaises, mahoraises et de Familles rurales. Il échangera sur la reconstruction des liens entre l'Afrique et la Caraïbe dans le contexte historique mais aussi social que nous vivons.

     

    Une bulle républicaine pour le vivre ensemble :

    En plus de la conférence débat, différentes prestations artistiques (expositions, concerts, table littéraire) se dérouleront et permettront de constater un nouveau dynamisme des associations caribéennes, africaines et mahoraises dans le Nord Pas de Calais. Loin des tensions de l'actualité, y compris en Nord Pas de Calais, la CINPAC propose en alliant réflexion et expressions artistiques de reposer les bases du vivre ensemble, en se débarrassant des polémiques. Ainsi les 30 et 31 octobre au gymnase de Lille les associations proposent une bulle républicaine à tous dans 2 heures de spectacle et un dîner de gala samedi 31 octobre.

      

    Vendredi 30 l'accès est libre et gratuit. Une participation libre est laissée à l'appréciation de tous

    10h Expositions

    19h Conférence débat d'Élie DOMOTA

    21h Spectacle

     

    Samedi : Accès gratuit - En soirée dîner spectacle 10€ avec réservation souhaitée

    10h Expositions

    13h Table ronde littéraire en présence d'Élie Domota

    21h Dîner Gala (10€)

     

    Avec les remerciements et attentes des acteurs de la manifestation. 

     

    Pour l'ensemble des associations partenaires

    Guillaume OPELY GADJI, Président de la CINPAC

    Roger LALLO, Président du Comité d'Organisation

     

    Comité scientifique

    Fabrice DESPLAN, Marc Antoine SEGUIN CADICHE

     

    eliedomotalille2015@gmail.com

    Version PDF

  • Les délégués de l'Eglise adventiste votent contre l'ordination des femmes

    Conférence générale des Eglises adventistes, San Antonio 2015, Consécration des femmes, Femmes pasteur, Eglise adventiste, Après des années de travaux, de réflexions, de consultations, les délégués de l'Eglise adventiste ont rejeté l'ordination des femmes lors de sa Conférence générale (Assemblée générale) ce 9 juillet 2015 à San Antonio. Dans un tohu-bohu et une ambiance électrique, sur les 2363 délégués votants, 977 votèrent oui et une majorité de 1381 opta pour le non (5 abstentions). Bien plus que le résultat ce sont les débats qui interpellent. Un clivage entre deux adventismes c'est fait criant faisant échos à mes travaux. Les délégués d'Afrique et d'Amérique du sud pesèrent fortement vers le non.

    Lire la suite

  • Ben Carson, Candidat républicain adventiste aux primaires pour la Maison Blanche

    Ben Carson, USA 2016, Dr Ben Carson 2016, Adventiste, Primaires Républicaines, Ben Carson mérite d'être connu. Non pas seulement parce qu'il brigue la candidature républicaine à la Maison Blanche, mais parce qu'il permet de porter un regard pertinent sur les liens entre religion et santé et plus particulièrement entre religion et innovation scientifique.

     

    Ben Carson s'est fait connaître mondialement pour ses prouesses médicales. La plus connue est la séparation de bébés siamois. Homme scientifique majeur il est au cœur de la vitalité scientifique des universités adventistes, en particulier celle de Loma Linda et d'Andrews aux USA. 

    Ben Carson, USA 2016, Dr Ben Carson 2016, Adventiste, Primaires Républicaines,

    Docteur honoris causa plus d'une soixantaine de fois par différentes universités, Ben Carson est souvent appelé (sans vérification possible) l'américain le plus diplômé de l'histoire. Il porte la prestigieuse médaille Ford. Sa vie est une véritable succes story américaine. Elévé avec son frère par sa mère après un divorce difficile dans un quartier noir dangereux, Ben Carson est en grande partie un autodidacte qui devait dépasser les insultes racistes. Celui qui est selon le Times le plus grand Neurochirurgie du monde met sa notoriété au service du combat pour la scolarisation des plus pauvres, la lutte contre les inégalités, la défense de valeurs solidaires. 

     

    Lire la suite

  • Le scandale du Chlordécone aux Antilles ou l'empoisonnement de masse.

    L'utilisation d'un pesticide interdit aux USA depuis près de 40ans aux USA et autorisé aux Antilles françaises sous l'impulsion du lobby d'exploitants de bananes selon diverses sources, serait la source de Cancers, de dérèglements sociaux et économiques majeurs. La sensibilisation du grand public est liée à la découverte de chlordécone dans les aliments exportés en France. Jadis, le législateur n'y a porté qu'un regard condéscendant, alimentant le sentiment d'exclusion. De plus, les grands exploitants étant des descendants esclavagistes, le scandale sanitaire s'alimente du poids de l'Histoire. 

    Le reportage qui suit, extrait du Magazine de la santé revient sur ce scandale et pose les grands enjeux et effets. Je vous laisse, sans d'autres commentaires en prendre connaissance en ayant une pensée pour cette population qui subit encore les effets d'une domination sociale et économique.

    Une question reste posée : Qua faut-il pour que le législateur pense à l'intérêt collectif et non à celui d'une infime partie?

  • Le Bhoutan abandonne l'Indice du Bonheur National Brut.

    Critique du PIB, Bhoutan, BNB, Bonheur National Brut, Le Bhoutan abandonne le BNB, Fin du BNBPerché dans l’Himalaya, le petit royaume du Bhoutan s'est fait connaître par son indice de mesure du bien-être, le Bonheur National Brut (BNB). Ce dernier est désormais abandonné à l'occasion d'une alternance politique. Il lui est reproché d'être plus un outil politique qu'un véritable outil de mesure de la réalité. N'entrons pas dans les spécificités sociales et politiques de ce royaume. Pour ceux qui sont intéressés, il est toujours possible réécouter l'émission « Bhoutan: est ce vraiment le pays du bonheur ? », disponbible sur le site de France Inter. Ecoutez en continuant de lire la suite.



    Debat du jour - 12/07/2013
    (19:30)
     
     

    Critique du PIB, Bhoutan, BNB, Bonheur National Brut, Le Bhoutan abandonne le BNB, Fin du BNBL'abandon du BNB repose la question sur la pertinence des indices qui mesurent le développement des sociétés. Le plus connu, face auquel le BNB se considérait comme une alternative est le PIB. Ses limites sont connues surtout des élèves de Sciences économiques et sociales dans tous les lycées de France. Le PIB mesure la création de richesses, sans prendre en compte les effets du processus de production sur d'autres acteurs. Le coût écologique ou les effets négatifs sur la santé y sont absents. Le PIB est un agrégat de valeurs ajoutées (VA), c'est-à-dire des richesses supplémentaires que nous créons. Pour cela nous ne créons pas de manières ex nihilo, à partir de rien, mais en fonction de ce que nous pouvons nous procurer, donc de richesses déjà créées. Nous allons y ajouter, souvent par transformation une nouvelle richesse. C'est cet ajout qui est calculé à chaque fois. C'est de la Valeur Ajoutée. Additionner toutes les valeurs ajoutées sur le territoire national permet de calculer le PIB. Ce rappel est important car il conduit à mieux comprendre les critiques faites au PIB.

    Que reprocher au PIB ? Allons doit au but :

    1. Les variations des prix et des quantités : si vous êtes un agent économique qui vendez un bien, vous calculez votre chiffre d'affaires en fonction du prix et des quantités. D'ailleurs vous multipliez les deux pour avoir votre chiffre en fin de journée. Une fois que vous y retranchez vos charges, il reste grosso-modo la VA créée. Il suffit donc que les prix varient pour que le PIB aussi varient. Vous comprenez bien qu'en cas d'inflation, mathématiquement le PIB bouge. On peut donc artificiellement faire évoluer un PIB en théorie uniquement par les prix, voire des quantités produites. Une dévaluation d'une monnaie aura par exemple un grand impact sur le PIB.

    2. L'économie informelle. Dans le PIB l'économie souterraine, le travail au noir, n'est pas intégré. C'est évident car personne qui produit illégalement une richesse, déclare celle-ci. Elle n'est donc pas dans le PIB !

    3. Les services domestiques. Il y a des activités que nous menons et qui valent beaucoup, qui ne sont jamais comptabilisées. Le bricolage, l'assistance à un proche, l'entretien de son potager ou encore réparer seule sa voiture, sont des actes d'une grande valeur. Il suffit de prendre des devis d'entreprise et de comparer ce que nous avons économisé. C'est un appauvrissement que nous avons évité. C'est bien une valeur importante que personne ne compte.

    4. Les effets externes à la production, comme le coût écologique, les effets sur la santé... ne sont pas dans le PIB et nous savons qu'ils sont extrêmement importants.

    5. La qualité des infrastructures nécessaires à la production y figure mal ou pas du tout. La France par exemple est aimée des investisseurs américains parce qu'il y a un bon système de soins, des autoroutes, un système postal, des écoles de qualités... Tout cela est difficile à chiffrer. Ils sont cependant essentiels au développement des individus et de la société.

    6. Et, sans être exhaustif, le PIB ne mesure pas les inégalités dans le système de production. Qui sont ceux qui bénéficient des richesses produites ? Qui sont ceux qui sont exclus ?

     

    Critique du PIB, Bhoutan, BNB, Bonheur National Brut, Le Bhoutan abandonne le BNB, Fin du BNBC'est fort de ce constat que des indices ont été inventé pour contourner les limites du PIB. Le plus connu est l'Indice du Développement Humain (IDH) conçu par une agence de l'ONU. Le Bhoutan avait opté pour le BNB. Sa disparition remet au devant de la scène l'idée que le développement ne peut être considéré comme une simple accumulation de richesses mesurables. Il est bien plus complexe que cela. A l'heure de l'écologie politique, il est important d'intégrer les effets sur l'environnement, le lien social ou encore la santé. Et comme le propose l'IDH, le niveau d'éducation (alphabétisation, qualité du système éducatif) a une place importante. Le BNB posait aussi un postulat idéologique critique, peu-être utopiste, mais réel : Peut-il avoir un développement sans une permanente accumulation de richesses ?

    Quand nous ouvrons la radio, l'information première et principale est le cours de la bourse. Plus qu'une évolution des transactions, il s'agit d'une véritable météo du bonheur aujourd'hui dans notre société. Quand la bourse va, tout va. Et ce n'est pas vrai. L'accumulation de richesse n'est donc pas pertinent pour parler de développement, surtout que les écarts de distribution des richesses sont de plus en plus forts.

    La disparition du BNB repose la question de la possibilité de mesurer le développement. Comme c'est quelque chose de nécessaire, c'est le comment qui prime. Et là, il reste que le PIB avec ces avantages et inconvénients. Le revoir est certainement un chantier sensible qu'il faudra bien mener, car plus qu'un simple outil de mesure, le PIB est un moyen pour orienter la politique économique et plus largement l'illustration d'une vision de l'économie où la richesse prime sur l'homme, l'inverse n'est malheureusement pas encore une réalité.

  • Suite... Les nouveaux défis de l'Eglise adventiste en France (III). La révolution épistémologique (deuxième partie des défis organisationnels)

    Fédération protestante, adventiste, Eglise adventisteDans les deux précédentes notes de cette série j'indiquais quelques défis pour l'Eglise adventiste. Les évolutions de la société française poussent cette communauté religieuse à amplifier les actions qu'elle mène à l'intersection du religieux et des attentes sociales. Santé, écologie, libertés fondamentales, actions humanitaires et sociales, sont des domaines où l'adventisme a une expertise. La surprise est que cette communauté valorise peu ces points.
    A ce constat, je rajoutais un autre défi central : les changements dans l'organisation adventiste. Une meilleure rationalisation des dépenses et de la gestion des ressources humaines est à l'ordre du jour.
    Ce constat institutionnel a des conséquences multiples. Je m'arrêterai sur quelques-uns de manière non exhaustive. Commençons par regarder des suites attendues de l'adhésion à la Fédération Protestante de France.

    Lire la suite

  • Suite... Les défis de l'Eglise adventiste en France - (II) Les défis organisationnels (Première partie)

    Une amplification de la prise en compte de la pluralité culturelle.

    Eglise adventiste; Défi; challengeIl est extraordinairement intéressant (si on peut se permettre ce langage) de noter l'évolution de l'adventisme en France. Et là, l'Eglise adventiste française est semblable à l'ensemble de la société française. Jusqu'aux années 90 l'adventisme devait faire face aux nombreuses cultures de ses membres dans un pays à la tradition colbertiste, jacobine et à la mémoire sélective sur l'histoire coloniale. Conséquence ; la hiérarchie adventiste était bien loin de ressembler aux militants. Les choses n'en sont plus là. La forte migration d'antillais adventistes laisse de plus en plus la place aux flux de l'Est, de Russie, d’Amérique latine (Brésile) et d'Europe du Sud. La diversité culturelle des membres impose de plus en plus une diversification des représentants adventistes, même si le chemin est encore très long. 

    Lire la suite

  • L'ONU met la Polynésie sur la liste des territoires non autonomes

    ONU, Polynésie Française, Autodétermination, IndépendanceCe vendredi 17 mai l'ONU a intégré la Polynésie française dans la liste des territoires non autonomes. Contrairement à ce qui est annoncé partout à chaud il n'y a rien d'exceptionnel dans cette démarche. Certes, pour les polynésiens c'est bien plus qu'un symbole. La France a déjà vigoureusement marquée son désaccord.

    La liste existe depuis 1946. Elle doit être perçue au travers des gènes constitutifs de l'ONU. A la fin de la deuxième guerre mondiale, près de 750 millions d'individus vivent dans des régimes politiques coloniaux. L'ONU pointe du doigt cette anomalie, terreau fertile pour de nouveaux conflits armés. En 1960, période marquée par les débats et mouvements décoloniaux l'ONU adopte une Déclaration sur « L'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux ». Dans celle-ci, elle se considère comme un moyen d'aider le mouvement vers l'indépendance dans les territoires sous tutelle et les territoires non autonomes. La hantise de voir de nouveaux conflits est bien l'arrière plan de cette Déclaration. D'ailleurs l'Assemblée note qu'il y a un important risque d'avoir des « conflits croissants qu'entraîne le fait de refuser la liberté à ces peuples ou d'y faire obstacle, qui constituent une grave menace à la paix mondiale ».

    Nombreux territoires sont à l'époque concernés. Cette liste de territoires où le droit à l'autodétermination n'est pas reconnu s'est allongée depuis sa création. Des espaces comme Gibralta, les Bermudes ou le Sahara occidental. Concernant la France, la Polynésie rejoint La Nouvelle-Calédonie.

    ONU, Polynésie Française, Autodétermination, IndépendancePar définition cette liste pointe les anciennes puissances coloniales et est un témoin des conséquences politiques de décolonisations inachevées. Au total 16 territoires sont spécifiés par l'ONU.

    Cette liste est historiquement un marqueur objectif sur les conquêtes des libertés. Cependant elle ne doit pas être assimilée à une liste pour l'indépendance de peuples. C'est là le problème dans la lecture relayée dans l'actualité. L'ONU établie cette liste pour encourager l'autodétermination des peuples. Cette autodétermination peut conduire à l'indépendance. Aujourd'hui, en pleine crise économique, instabilités politiques et défiances envers les politiques, tout pense à croire que l'autodétermination de nombreux peuples conduiront à un refus de l'indépendance.

    Soyons précis ; l'autodétermination est la consultation des peuples sur leur choix de rester sous la tutelle d'un pays tiers. Cette consultation peut entraîner plusieurs perspectives : (1) garder le lien actuel, (2) le faire évoluer tout en le gardant ou (3) s'affranchir en devenant un nouvel Etat. L'analyse des opinions dans les territoires français concernés, y compris dans les autres susceptibles de l'être (notamment les DOM) démontrent que les peuples veulent une reconnaissance de leur statut de peuple et non une indépendance politique. La différence est importante. Les spécificités culturelles, historiques, sociales oui. L'indépendance non. C'est, je crois, la confusion, entre ces deux éléments, qui renforce une lecture orientée de la Résolution. Les esprits chagrins, populistes et souvent médiatiques concluront à une envie d'indépendance. Ils n'hésiteront pas à indiquer que les territoires français éloignés coûtent très chers à la France. Ce qui est extrêmement faux et doit être vérifié car tout dépend de ce que l'on veut bien compter.

    ONU, Polynésie Française, Autodétermination, IndépendanceEn un mot, l'ONU par sa résolution a simplement mis à jour une ancienne liste qui historique était importante et qui aujourd'hui n'est rien d'autre qu'une base de données à l'importance relative. Rien pour fouetter un chat ! Cependant, elle demeure pour les peuples concernés un symbole majeur pour leur reconnaissance certainement et peut être pas leur indépendance. Et pour l'ONU la réponse à cette question passe par le respect du doit à l'autodétermination et rien d'autre. D'ailleurs, je fais le pari que ce vote connaîtrait une faible participation et déboucherait à une affirmation du besoin de rester dans la République française. Et croyez-moi, cela ne changerait rien aussi aux problématiques sociales, économiques et politiques qui traversent la Polynésie française et plus largement les territoires d'Outremer. Tout cela, comme le rappelle la résolution 1514 n'est rien d'autre qu'un préalable pour des « conditions de stabilité et de bien-être et des relations pacifiques et amicales fondées sur le respect des principes de l'égalité de droits et de la libre détermination de tous les peuples, et d'assurer le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion ». 

  • Un 90 mn sur la face cachée des Antilles dans l'émission REVELATIONS sur NUMERO 23

    Ce lundi 6 mai sera diffusée un 90 mn sur Les Antilles au sein de l'émission Révélation présentée par Yasmine Oughlis. Durant cette émission j'échange avec la présentatrice pour poser quelques repères afin de comprendre l'explosion de la violence, de l'importance grandissante du marché de la drogue ou encore de la place importante qu'ont les groupes religieux. 

    L'émission Révélation est diffusée sur la chaîne NUMERO 23 accessible sur la TNT via les services des opérateurs numériques (Orange, Free, Numéricable, SFR, Dartybox, CanalSat, etc.)



    BA - Révélations : Violence, drogue, trafics... par numero23

  • Camps de Roms évacué à Villeneuve d'Ascq: clin d'oeil au réseau associatif religieux

     

    Camp de Roms, Villeneuve d'AscqLe camp qui a été démantelé ce jeudi 9 aout 2012 n'est pas loin du métro 4 Cantons, un des deux arrêts qui desservent l’Université de Lille 1. Ces derniers temps ils ont été l'objet d'investissement des travailleurs sociaux. Cependant les Roms cristallisent tous les fantasmes. Il n'existe pas de politique adaptée à ses européens. Leur mode de vie est souvent source de tension pour les riverains. Mais les tensions sont le fait de la précarité et non des caravanes.
    En sortant de Lille 1 où se situe le camp ou de Lille 3 (juste quelques 3km du camp environ) les familles Roms sont entrées dans le paysage de Villeneuve d'Ascq. Aux heures de repas beaucoup d'étudiants offrent des sachets repas du CROUS aux Roms. Une solidarité tacite est ainsi mis en place dans les gestes anodins. Autour des Roms existent aussi une économie souterraine. Sans la défendre, notons qu'elle est plus en cohérence avec l'incohérence du statut des Roms. Je m'explique : quand un groupe social est relégué dans la négation totale et que tout lui est rejeté, l'économie souterraine devient pour ce dernier une évidence pour vivre. C'est la cohérence de la marginalité, mais la grande incohérence de notre société. Le malheur loin des yeux, loin de sa porte, de son quartier est le souhait de tous. Lutter contre idées reçues sur les Roms ou enrayer la délinquance Roms imposent de lutter contre la paupérisation de cette population en l'acceptant comme étant constitutive du corps social.
    La solidarité du quotidien qui s'est mise en place dans les gestes du quotidien et structurée par les associations est importante pour les Roms de Villeneuve d'Ascq. Les groupes religieux protestants sont actifs. Lla solidarité catholique est de loin la plus importante au sein des organisations religieuses. L'exemple du Père Arthur, personnalité très active pour la solidarité en faveur des Roms est un exemple.
    Le démantèlement va indiscutablement complexifier le travail des associations. Premièrement il s'agira de renouer avec des individus qui vont inéluctablement s'installer autre part avec l'ambition d'être plus discret pour ne pas être délogé de nouveau. Les conversions religieuses de Roms sont là importantes. Elles sont en plus de l'adhésion à une organisation et éventuellement en une croyance, des liens relationnels qui permettront de garder les liens. C'est le ressort du lien religieux. Il sera très actif (comme le sont d'autres types de liens au sein des autres associations non religieuses).
    Il n'échappe à personne que le démantèlement survient avant l'inauguration du Grand Stade de Lille. Les Roms étaient placés sur un lieu stratégique entre les transports collectifs, les nouvelles places de stationnement, ou encore les grands axes de circulation, faisant d'eux un tableau qui dépareillerait lors de la grande fête d'inauguration.
    Il reste à souhaiter que la Communauté urbaine de Lille, la Ville de Villeneuve d'Ascq et la Préfecture accompagneront les Roms par une politique volontariste, surtout que le réseau associatif en connexion avec les Roms est dense. Cette réussite passe aujourd'hui incontestablement par les liens établis par les groupes religieux dont ceux construits par des organisations protestantes dans la discrétion. Anecdote importante ; l'organisation religieuse la plus proche géographiquement de l'ex-camp était l'Eglise Protestante du quartier du Triolo.

     

    LES COMMENTAIRES POUR CE POST SONT FERMES EN RAISON DES DERAPAGES RECUS

  • Les noirs en débats. Vers l'âge de raison ?

    La quePascal Blanchard, Lilian Thuram, Noirs de France, Exposition Lilian Thuram,stion de la place des noirs dans l'histoire et l'actualité sociale en France semble quitter de plus les passions pour les débats de raisons. Il y a certes des initiatives douteuses comme le Mouvement des Africains Français de Calixte Beyala. Mais ces derniers temps il faut saluer deux grandes actions au centre desquels nous retrouvons l'historien Pascal Blanchard sur lequel je me suis longuement appuyé en raison de la qualité de son travail.
    La première est l'exposition de Lilian Thuram au Quay Branly. Nécessaire, opportune, vitale pour la société, cette exposition montre bien la construction de représentations négatives autour du noir. La seconde initiative est de France TV. Durant 5 dimanches consécutifs sera projeté un documentaire Noirs de France, la chaine aborde en 5 volets sur l'histoire des noirs en France. Les mythes vont là encore tomber.
    Ces initiatives ne doivent pas en cacher d'autres. Récemment dans Le Monde plusieurs femmes noires célèbre posaient la question : A quand une femme nLilian Thuramoire en couverture de ELLE ?
    Un mouvement de fond semble s'engager. Qu'en résultera-t-il ? Personne ne sait. Mais plus que la finalité il faut déjà savourer la démarche dont tous devrions être les ambassadeurs. Espérons que les programmations du mois de mai 2012 pour la commémoration des abolitions de l'esclavage et de la traite négrière fera consonnance avec ce ton général.

  • Regard d'Ernest Pépin sur la mort de Marmy le plus ancien prisonnier de France.

    Pierre-Juste Marny, Suicide, Prison Martinique, Plus ancien prisonnier françaisLes vacances sont terminées (votre serviteur n'en a pas eu) et j'apprends avec stupéfaction la mort de Pierre-Just Marny. Son parcours montre la difficulté que notre société éprouve à pardonner. Au point qu'elle se rappelle de la peine d'une individu tout en oubliant la faute. Je voulais partager ce sentiment avec vous. Mélange d'incompréhension, de colère face à l'impasse dans lequel des individus sont. Pourquoi presque 50ans après des faits condamnables un individu n'aurait pas le droit d'avoir un trait, d'une once d'espoir ? Certainement notre société qui s'évertue à tout archiver, archive aussi sa haine au point de la rendre évidente et d'offrir au plus vieux prisonnier de France que l'oubli, l'absence d'espoir, le suicide comme fin. Condamné à mort sous l'artifice de la perpétuité, Marny a tiré la conclusion que le système judiciaire lui a inspiré. Il s'est suicidé en Martinique arrêtant de prolonger son record de détention.

    Je suis tombé sur ce texte d'Ernest Pépin qui va dans ce même esprit. Je vous laisse en prendre connaissance. Sa question, « qui nous pardonnera » trouve un place dans chaque conscience.

    Lire la suite

  • Trop de sucre dans les produits alimentaires antillais. Une logique qui rappelle une autre

    Sucre, Alimentation, Aliments sucrés aux Antilles, Sucre industrie alimentaire, Victorin Lurel, Obésité aux Antilles, Obésité, surpoids, IMC, Indice de masse corporelle, loi, santéInutile de faire un long développement mais il faut s'arrêter sur l'un des effets de la proposition de loi de Victorin Lurel, député de la Guadeloupe et Président de son Conseil Régional. Elle vise à ramener le taux de sucre dans les produits alimentaires industrialisés aux Antilles à leur niveau dans l'hexagone.
    Pourquoi la teneur en sucre est-elle plus élevée ? L'industrie agroalimentaire se targue de simplement s'adapter au goût antillais ! L'argument est fallacieux. Il relève du fameux problème « l’œuf ou la poule ». C'est un contre feu qui vise à ne pas assumer une stratégie de vente ancienne qui visait à créer la dépendance.


    Sucre, Alimentation, Aliments sucrés aux Antilles, Sucre industrie alimentaire, Victorin Lurel, Obésité aux Antilles, Obésité, surpoids, IMC, Indice de masse corporelle, loi, santéCe débat me rappelle un autre : celui de la teneur en nicotine dans les pays noirs. L'industrie du tabac, sous prétexte de s'adapter au goût des consommateurs dans les pays noirs y porte souvent plus de produits dépendants et nocifs ! Entre nous, cela rappelle le débat actuel sur le sucre. Moins de sucre c'est plus de santé. Alors que l'on s'inquiète de l'obésité aux Antilles, espérons que nous irons à l'essentiel qu'est de protéger les populations. La question fondamentale porte sur la santé publique et rien d'autre. Il ne faut pas se laisser détourner par les débats qui essentialisent la culture et déculpabilisent l'industrie agroalimentaire. Alors que tout le monde s'inquiète de la montée de l'obésité aux Antilles l'important est de prendre les mesures qui s'imposent.

  • L'adventisme dans le rapport de la MIVILUDES (II)

    miviludes 2011,rapport miviludes 2011,sectes apocalyptiques,télécharger le rapport contre les sectes,télécharger le rapport miviludes,eglise adventiste,secte,2012 fin du monde,adventisme,fin des tempsA peine avoir terminé la rapide note sur la place de l'Eglise adventiste dans le rapport de la Miviludes que je suis de nouveaux questionné sur l'Eglise adventiste de tout bord. Les dirigeants adventistes vont-ils être encore susceptible et tordre mes déclarations à des fins insondables ? (Oui je fais beaucoup d'allusions à la manipulation de mes propos par l'Eglise adventiste). Je croyais être clair mais la question m'est posée par mail de façon redondante : donc je n'étais pas limpide que cela !
    Non. Il est incongru que l'Eglise adventiste soit dans ce rapport car elle ne planifie pas la fin du monde pour la fin 2012. Notez que la Miviludes s'en sort en parlant de l'adventisme et sans nommer l'Eglise adventiste. Elle a un discours millénariste sur la fin des temps comme une multitude d'organisations protestantes mais ne prône pas la destruction de ce dernier. Elle laisse cette fin à l'initiative du messie (je suis très imprécis pour faire vite). Mais là où la surprise de trouver l'Eglise adventiste est plus grande c'est en raison du deuxième thème du rapport que sont les thérapies alternatives.

    L'Eglise adventiste peut entre autre être considérée comme une "religion de la santé" en référence à une typification de cette dernière que j'ai élaborée et qui est maintenant largement acceptée par les spécialistes. Religion dynamique dans les sciences médicales les adventistes favorisent la recherche médicales, le savoir scientifique, l'innovation thérapeutique, etc. Parmi les domaines où des médecins et chercheurs adventistes excellent il y a les thérapies médicales sur le cancer. Avec ces hôpitaux, centraux dans son système de soin, l'Eglise adventiste est de loin l'une des structures religieuses les plus en pointes sur la recherche médicale. Alors trouver, indirectement, cette église dans un rapport sur les mouvements apocalyptiques et les thérapies fallacieuses à bases religieuses est une double surprise.